Covid-19 : un important cluster découvert près de Caen dans un établissement d'aide par le travail

Le centre d'aide par le travail, l'ESAT, à Saint-André- sur-Orne près de Caen, est à l'arrêt depuis plusieurs jours. Les 150 travailleurs handicapés ont été isolés après la découverte, en interne, d'une trentaine de cas positifs au Covid-19.

Photo d'illustration- Test PCR
Photo d'illustration- Test PCR © Kay Nietfeld/Maxppp
On déclare un cluster après la découverte de 3 cas positifs au sein d'une même unité de lieu : entreprise, école, famille, etc..
A Saint-André-sur-Orne, au sein de l'ESAT de l'Apei, le centre aide par le travail, c'est une trentaine de cas qui se sont révélés positifs au Covid-19 ces derniers jours.

Une situation sous contrôle, gérée par l'Agence Régionale de Santé Normandie. L'ensemble des 150 travailleurs handicapés ont été placés à l'isolement pour 30 cas positifs. Un seul salarié, parmi le personnel encadrant est également touché. Au total, il y a normalement ,chaque jour, près de 200 personnes sur le site, travailleurs handicapés et éducateurs, ou personnel de l'Apei. Il est à l'arrêt, jusqu'à un retour à la normale.
Les activités de menuiserie et de sous-traitance sont interrompues.
 

"Un établissement déjà confiné"

Pour le maire de la commune, Christian Delbruel : "la situation est très ponctuelle et entièrement contrôlée. Il n'y a aucun risque que l'épidémie se répande plus." Il faut dire que "cet établissement qui est à la limite de Saint-André-Sur-Orne est déjà confiné par nature. Les contacts extérieurs sont peu nombreux. "

Aucun cas grave

C'est sans doute le plus important, aucune des personnes atteintes au sein de l'ESAT n'a développé de cas grave de la maladie. Dominique Sainthuille, directrice au siège de l'association est plutôt rassurante. "On peut parler de forme bénigne ou de cas asymptômatiques. Seules deux personnes ont déclaré une légère fièvre. C'est d'ailleurs comme ça que les doutes sont apparus."
L'Agence Régionale de Santé prévoit une deuxième série de test avant le retour des effectifs sur site. 

Une population qui a du mal avec les gestes barrières

L'une des explications pour l'ESAT vient probablement du rapport même des personnes handicapées aux gestes barrières.

Il très difficile dans la durée de leur imposer les gestes barrières. La répétition du lavage des mains, la distance et le port du masque sont pour certains de véritables angoisses difficiles à gérer. Maintenir ces routines est très compliqué.

Dominique Sainthuille, Apei Calvados

L'ensemble des travailleurs handicapés de l'Esat bénéficient chaque matin et chaque soir d'un bus pour les ramener à domicile ou en foyers. Toute cette vie sociale en communauté aura été propice à créer un cluster. Cette semaine en Normandie, 5 établissements pour handicapés ont des clusters identifiés, celui de Saint-André-sur-Orne compris. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société handicap