"Je n’avais pas signé pour ça" : le SM Caen et Patrice Sauvaget à l’heure de l’après-Furlan

Deux jours après la mise à l’écart de Jean-Marc Furlan, deux jours avant la réception de Quevilly-Rouen-Métropole, le SM Caen a tenu conférence de presse. L'occasion d'avoir le ressenti de Patrice Sauvaget, à nouveau entraîneur intérimaire.

Lorsqu'il est arrivé en Normandie dans les valises de Stéphane Moulin en juin 2021, Patrice Sauvaget ne s'imaginait pas une seule seconde tenir le rôle d'entraîneur principal. Encore moins imaginait-il devoir le faire deux fois. Même si le natif de Fougères a déjà occupé pareil poste - à Saumur et à Angers avec la réserve du SCO - son ADN depuis sept ans, c'est celui d'un adjoint. 

Mais comme il le dit lui-même, "quand votre patron technique n'est pas là, vous êtes obligé de faire sans et de vous adapter". C'est ce qu'il avait fait l'hiver dernier, dans un contexte bien différent. À l’époque, Stéphane Moulin avait pris du recul pour être au chevet de sa compagne, qui vivait ses derniers jours. La prise de fonction de Patrice Sauvaget s'était donc faite naturellement, comme une évidence. 

Un bilan correct lors du premier intérim

Pour la seconde fois en moins d'un an, le natif de Fougères a donc été sollicité par sa direction pour reprendre le flambeau de l'équipe fanion du SMC. Là encore, il n'a pas hésité. Ou il n'a pas eu le temps de le faire. Toutefois, la donne est loin d'être la même qu'en janvier.

C’est une autre situation. L’an dernier les résultats étaient bons, cette année, il y a une attente supérieure. Il faut travailler sur la confiance, sur les repères qu’on peut donner aux joueurs. Il faut chasser les doutes inhérents à cette mauvaise série. 

Patrice Sauvaget, entraîneur par intérim du SM Caen

L'hiver dernier, Caen commençait à accumuler du retard sur les deux premiers, mais n'avait pas pour ambition de remonter en Ligue 1. Sauvaget avait récupéré l'équipe avant Noël, juste après la trêve du Mondial au Qatar. Son passage avait duré six matchs, pour un bilan correct : une victoire, trois nuls et une défaite.  

Cette fois-ci, alors que Malherbe reste sur une série de neuf matchs sans victoire, il n'a que peu de jours pour remobiliser les troupes. Avec Denis Moutier, autre adjoint, et le reste du staff, ils se sont  attachés à "essayer de donner un cadre à l’équipe. La première chose, c’est de donner confiance aux joueurs. Ça passe par des discussions, des mises en situations". L'objectif de l'intérimaire est que ses joueurs puissent "entrer sur le terrain samedi contre QRM sans avoir le fardeau des neuf matchs sans victoire". 

Pas de proposition pour la suite

Patrice Sauvaget et focalisé sur le derby normand, et sur rien d'autre. Il n'a pour l'heure aucune visibilité sur la suite des évènements. "On a juste positionné cette semaine, on ne se projette pas au-delà du match à venir". Pris au dépourvu par leur propre décision de mettre à pied Jean-Marc Furlan, les dirigeants malherbistes n'ont pas droit à l'erreur dans le choix de leur futur entraîneur. À l’heure qu’il est, les têtes d'Olivier Pickeu et de Pierre-Antoine Capton bouillonnent, la temporisation est de mise, la précipitation est l'ennemi. 

C'est sans doute pour ça qu'aucune offre n'a été faite à Patrice Sauvaget vis-à-vis d'un éventuel bail plus long. "Pour l’instant, on ne m’a pas proposé", a déclaré le principal intéressé en conférence de presse d'avant-match ce jeudi. À Malherbe, ces temps-ci, on n'avance pas "match après match", mais jour après jour. 

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Normandie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité