Les meilleurs judokas français à Caen pour décrocher leurs tickets des JO 2024

À neuf mois des Jeux olympiques de Paris, la bataille fait rage sur les tatamis. Le quota des bleus est limité et les championnats de France à Caen du 18 au 19 novembre 2023 s'annoncent spectaculaires. Des Normands espèrent s'y distinguer.

Teddy Riner, Clarisse Agbegnenou, Amandine Buchard, Romane Dicko, Audrey Tcheuméo, Luka Mkheidze... Sur le papier, il y a beaucoup de médaillés olympiques attendus à Caen mi-novembre. "Mais sans doute que tout le monde ne viendra pas", tempère Stéphane Serinet, directeur technique région Normandie de la Fédération française de judo.

Tous ces grands noms sont bien inscrits, mais certains pourraient être tentés de se reposer après des Championnats d'Europe réussis le week-end dernier à Montpellier (9 médailles françaises dont 5 titres). Sauf que les sélections pour les JO se jouent en ce moment...

Le rêve des Jeux Olympiques

C'est un Graal pour tout sportif. Mais, quand on est judoka tricolore, aller aux Jeux olympiques est déjà un gros parcours du combattant, car le vivier est immense. La France est une référence mondiale de la discipline, championne olympique par équipe, elle est revenue de Tokyo avec 8 médailles, un record.

Et si certains sports ont déjà annoncé leurs athlètes qualifiés pour Paris 2024, le judo fait durer le suspense. Avec une seule place par catégorie pour chaque pays, le combat fait rage entre les bleus pour être l'heureux élu. LE sélectionné. Être champion en titre ne garantit rien, excepté à de rares intouchables comme Teddy Riner. La star du tatami est partie en stage au Japon, loin des regards.

La Normandie mise beaucoup sur le retour à la compétition d'Ugo Legrand. Le médaillé de bronze à Londres est sorti de sa retraite et espère retrouver rapidement son niveau.

Plusieurs Normands en quête de podium national

Ils sont vingt judokas de la région à être inscrit à ces championnats de France à Caen.

L'Eure judo représente à elle seule la moitié de ces athlètes, avec Romaric Bouda en tête de file. Vice-champion de France la saison dernière, il a été médaillé en Grand chelem et 5ᵉ du dernier Grand Slam de Paris. 

Romaric Bouda est une réelle chance de médaille, voire de titre en -60 kg.

Stéphane Serinet, directeur technique région Normandie de la Fédération française de judo

Grand-Quevilly comptera de son côté sur Hugo Legrand donc, mais aussi Mathys Da Silva, champion de France juniors en +100 kg et sélectionné aux derniers championnats d'Europe.

    On n'oubliera pas dans cette liste deux anciens de la maison, qui malgré leur déménagement loin d'ici, dans des clubs plus favorables à la progression, combattront presque à domicile : Joseph Terhec et Baptiste Cureau.

    Joseph Terhec, médaillé d'argent par équipe aux mondiaux en mai, n'a pas été sélectionné pour les derniers championnats d'Europe chez les +100 kg, et devra montrer qu'il mérite sa place. Sans Teddy Riner comme potentiel adversaire à Caen, l'ex d'Alençon est attendu, même si'l ne se fait d'illusion pour les JO.

    Ambition aussi pour Baptiste Cureau, ancien de l'Avant-Garde de Caen. "Je vise un podium, même si j'ai changé de catégorie." Champion de France junior en -90 kg et titulaire aux championnats d'Europe juniors en septembre, le voilà maintenant chez les seniors. Il pourra sûrement compter sur sa famille et beaucoup de supporters dans le nouveau Palais des sports de Caen.