Pourra-t-on encore ramasser des fossiles le long des falaises du Calvados ?

Publié le

L'État souhaite classer les falaises jurassiques du Calvados en réserve naturelle nationale. Cela impliquerait l'interdiction de tout prélèvement de plantes, animaux, fossiles et minéraux. Le projet fait des vagues du côté de Villers-sur-Mer (14)

L'Association de défense de la paléontologie normande (ADPN) ne désarme pas. Ses membres se sont mobilisés ce samedi 21 janvier 2023 du côté de Villers-sur-Mer (14) pour s'opposer au projet d'interdire le ramassage des fossiles sur l'estran. Une décision qui pourrait être prise dans le cadre du projet de l'État de créer une réserve naturelle nationale du côté des falaises jurassiques du Calvados. 

Les paléontologues professionnels et amateurs connaissent bien les falaises des Vaches Noires situées sur les communes d'Houlgate, Gonneville-sur-Mer, Auberville et Villers-sur-Mer dans le Calvados. Elles se sont formées il y a 150 millions d'années, à l'ère du Jurassique. Paléontologues professionnels et amateurs y trouvent toutes sortes de fossiles : des ammonites, des oursins, des nautiles, mais aussi des plésiosaures, des ichtyosaures. Bien souvent, ces collections d'amateurs viennent enrichir celles du musée de la ville. Mais avec la classification des célèbres Vaches Noires en réserve naturelle nationale, la collecte pourrait devenir compliquée, voire impossible.

Une dérogation envisagée pour le musée, mais pas pour les collectionneurs privés

Le communiqué de la préfecture en date du 18 juillet 2022 précise que des "conventions dérogatoires avec des structures partenaires sont prévues, notamment pour la poursuite des activités scientifiques et pédagogiques en lien avec la paléontologie". Le préfet ajoute que "cette possibilité de convention pour le ramassage des fossiles et minéraux est inédite, car non prévue dans les autres réserves naturelles de France".

Mais selon Karine Boutillier, directrice du Paléospace, aucun spécimen collecté ne pourra intégrer une collection privée. Hors ce sont justement ces collections privées qui viennent régulièrement enrichir les vitrines du musée. Dernièrement, le musée a acquis une collection exceptionnelle : la collection Bulow. "Monsieur Bulow a consacré toute sa vie à sa collection. Elle est constituée majoritairement de fossiles provenant des falaises des Vaches noires. Il avait une très bonne connaissance de l'ensemble des fossiles qu'il trouvait. Il savait les trier, les identifier et il avait commencé un dialogue avec les scientifiques qui permettait d'avancer sur des études au niveau de certaines pièces, notamment des pièces de dinosaures et de ptérosaures." Selon la directrice du Paléospace, interrogée en juillet 2022, une telle collection ne pourrait pas voir le jour si le projet de classement, tel qu'il est défini aujourd'hui, voyait le jour.

Des promeneurs parfois imprudents 

Ce qui peut poser question, c'est le chemin qu'empruntent les paléontologues amateurs pour atteindre la plage. La seule entrée possible pour accéder aux Vaches Noires se trouve sur la commune de Villers-sur-Mer. Pour les autres communes, les chercheurs de trésor passent par la falaise, ce qui n'est pas une bonne idée. Selon le maire de Villers-sur-Mer, chaque année, un promeneur s'enlise en voulant atteindre la plage depuis le haut de la falaise sur les communes avoisinantes ou se retrouve pris au piège par la marée au pied des falaises.

Classer en réserve naturelle pour mieux protéger

Au total, l'État envisage de classer en réserve naturelle nationale 6 secteurs représentant 1900 ha et 37 km de falaises répartis le long de la côte du Calvados. Un moyen de protéger ces falaises et platiers rocheux en encadrant les usages et les moyens de gestion dédiés.

À noter que :

  • la circulation sur le domaine public maritime et les activités en lien avec la mer ne seront pas

    impactées
  • des évolutions agricoles seront engagées sur le rebord de falaise (conversion des cultures en prairies sur une quinzaine d’hectares)
  • la circulation terrestre sera autorisée sur les chemins balisés pour les piétons, et selon un plan de

    circulation révisable pour les vélos et les chevaux
  • les activités de chasse seront maintenues, notamment à des fins de régulation de la grande faune
  • la dégradation des sols et notamment l’artificialisation sera interdite (les espaces classés sont d’ores et déjà des espaces inconstructibles au regard des documents d’urbanisme)
  • le droit des propriétaires sera respecté (accès et jouissance)

Depuis l'été 2022, il y a eu une enquête publique et une association de défense de la paléontologie normande a vu le jour. Elle rassemble déjà plus de 700 membres sur son groupe Facebook.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité