Cet article date de plus de 3 ans

Ramassage des déchets à Caen-la-Mer: bientôt deux semaines de grève à la Coved

Depuis le 8 juin dernier, à Giberville et au Fresne-Camilly, les salariés des site de la Covend, l'entreprise en charge du rammassage des déchets de l'ouest de l'agglomération caennaise. Ils dénoncent une dégradation de leurs conditions de travail et de leur rémunération.
Les salariés en grève du site de la Coved au Fresne-Camilly ce lundi
Les salariés en grève du site de la Coved au Fresne-Camilly ce lundi © L.L
Les habitants de l'agglomération ne subissent pas trop les conséquences du mouvement lancé le 8 juin dernier à la Coved (Collectes Valorisation Energie Déchet). La société fait appel a des salariés pour pallier la grève de ses sites de Giberville et du Fresne-Camilly. Le mouvement est pourtant bien suivi: 100% de grévistes au Fresne-Camilly et 50% à Giberville. Au coeur du conflit, "des conditions de travail lamentables" selon ces salariés.

Pour eux, la situation s'est dégradée en 2015 quand ils ont changé d'employeur. La Coved remporte alors l'appel d'offre lancé par Caen-la-Mer au détriment du groupe Derichebourg, l'ancien prestataire. Elle impose un seul ripeur ( la personne qui vide les conteneurs) par camion."Ce sont des tournées à gros tonnage nous en plus on fait les ordures méngères et le sélectif en même temps. Le gars il est tout seul, il fait gauche-droite, gauche-droite, gauche-droite toute la journée pendant 10 heures. Les gars sont des machines. Il n'y a aucun respect", raconte  Eric Trillaud, chauffeur depuis 15 ans. Selon les représentants du personnel, une personne seule se retrouve ainsi à charrier parfois jusqu'à 17 tonnes de déchets, au lieu des 5 à 7 tonnes réglementaires. 

Les grévistes dénoncent également des différences de salaire entre les sites de la société, la non rémunération de la pause obligatoire de 20 minutes et la suppression d'une prime dite "de qualité" de 70 euros. Sur ce dernier point, la direction a proposé ce lundi soir une prime de 90 euros qui serait payée durant six mois. Une avancée insuffisante pour la salariés qui ont décidé de poursuivre leur mouvement. 

La grogne semble s'étendre au-delà de l'agglomération caennaise. Un préavis de grève a été déposé pour la journée de vendredi à Honfleur et Bernay.

Reportage de Laylan Landry et Guillaume Le Gouic
Intervenants:
- Eric Trillaud, chauffeur depuis plus de 15 ans
- Alain Samycia, délégué syndical central CFDT Coved

Grève à la Coved


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mouvement social économie social