Sur les réseaux sociaux, les gilets jaunes normands sont divisés sur la structuration du mouvement

Manifestation des "gilets jaunes" devant la préfecture du Calvados ce samedi 24 novembre
Manifestation des "gilets jaunes" devant la préfecture du Calvados ce samedi 24 novembre

Une délégation de gilets jaunes a été accueillie à la préfecture du Calvados, le 27 novembre. Sur les réseaux sociaux, ils sont nombreux à dire leur désapprobation sur la nomination de porte-paroles pour discuter avec la classe politique. 

Par Camille Belsoeur

C'est une rencontre qui a déclenché un flot de commentaires des gilets jaunes actifs sur les réseaux sociaux, outil important pour la dynamique du mouvement. Mardi 27 novembre, deux portes-paroles officieux des gilets jaunes du Calvados, Chloé Tessier et Timoléon Cornu, ont été reçus à la préfecture à Caen pour discuter avec les autorités des actions menées sur le terrain. Le duo doit également être reçu vendredi 30 novembre 2018 par le député LREM Bertrand Bouyx, avec des gilets jaunes de Bayeux.
 
 

"Pas besoin d'être reçu"

Une structuration du mouvement et des discussions avec la classe politique que tous les gilets jaunes ne voient pas d'un bon œil. Sur la page Facebook de France 3 Normandie, les sympathisants des gilets jaunes étaient divisés dans leurs commentaires sur les discussions entre le préfet et les porte-paroles du mouvement.

"Pas besoin d'être reçu, ni les uns, ni les autres ! C'est par la rue que la négociation doit se faire...", écrit par exemple Jacqueline Jovet. "Si on suit les règles de l'Etat, on est fini", s'attriste un autre internaute, Robin Beuve.


"Les gilets jaunes n'ont pas besoin de représentants. Il suffit de lire les banderoles. La création de représentants ou délégués n'est pas bonne. Cela va tuer le mouvement", se lamente de son côté Thomas-Michel Hazanbegovic.

"Ils vont tout faire pour vous diviser"

À l'inverse, des internautes approuvent l'organisation progressive des gilets jaunes normands. "Si, trop de discorde et pas de structure, le mouvement risque de s'essouffler et toute cette belle union pourrait s‘étioler", affirme Patrick Evrard sur Facebook.

"Pourquoi vous n'acceptez pas qu'une délégation soit reçue par le Préfet ? Ce n'est pas en fermant la porte que l'on pourra avancer ?", s'interroge pour sa part Christine Solange Logre. 

Mais plus que tout, les gilets jaunes appellent, sur les réseaux sociaux, à ne pas se diviser pour éviter une explosion du mouvement. Ils sont beaucoup, comme Elisabeth Leroy, à avertir : "Attention, ils vont tout faire pour vous diviser!".  Mardi soir sous la pluie glacée, une quarantaine de gilets jaunes étaient toujours rassemblées devant la préfecture. "On ne lâche rien", se félicitait Vivien sur Twitter en postant des photos. 

Sur le même sujet

Les + Lus