La santé du cheval au coeur des assises de la filière équine

Les troisièmes assises de la filière équine ont lieu ce mardi à Caen avec cette année comme thématique principal la santé du cheval.

Par Christophe Meunier

C'est un rendez-vous désormais bien installé. Né au lendemain des Jeux équestres mondiaux en Normandie, les assises de la filière équine, organisées par nos confrères de Ouest-France, Turfcom, L’Éperon et Equidia, se veulent "Le rendez-vous des décideurs de la filière équine", une filière dont le poids économique est loin d'être négligeable dans la région comme l'a rappelé ce mardi matin en introduction de cette troisième édition le préfet du Calvados: 1 milliards d'euros et 5000 entreprises, rien que pour la Normandie.

"C'est une filière très éclatée (entre les sports équestres de loisirs et de haut niveau), qui ne se réunit pas très souvent, qui ne travaille pas toujours en même temps sur les mêmes dossiers et qui donc peut avoir une image un peu trop diversifiée et pas asseez solidaires. Le but de ces assises c'est d'apprendre à tous les gens de la filière à se réunir, se rencontrer et échanger autour de problématiques fontamentales", explique François Hallopé, PDG de Turcom et co-organisateur de ces assises.

François Hallopé, PDG de Turcom
Les 3èmes assises de la filière équines se réunissent ce mardi. François Hallopé, PDG de Turcom, en est l'un des organisateurs. Il était l'invité de votre édition régionale

Cette année, la problématique retenue est celle du bien-être du cheval. "Les gens de chevaux aiment leurs animaux, ils en prennent un soin inouï mais ils doivent montrer qu'ils ont le souci de leur bien-être". Parmi les sujtes abordés lors des différentes tables rondes jalonnant cette journée: la médecine sportive du cheval, l'entraînement du cheval de courses, les nouveaux systèmes d'acquisition et d'analyse des données physiologiques à l'effort chez le cheval, le suivi biologique du cheval ahlète mais aussi le contrôle des médications et la question du dopage, un sujet d'actualité  avec la récente interdiction d'exercer en Scandinavie qui a frappé l'entraîneur ornais Fabrice Souloy.


Plusieurs intervenants prestigieux sont amenés à s'exprimer ce mardi au cours des différentes tables rondes organisées comme le  Normand Sébastien Guarato, sacré meilleur entraîneur de trot 2015, Sophie Dubourg, directeur technique national de la Fédération française d’équitation, Astier Nicolas, champion olympique au concours complet mais aussi Nicolas Blondeau qui a mis au point une méthode de débourrage qui s'appuie sur la mise en confiance du cheval et un travail en douceur. Cette méthode, élaborée à Saumur, est aujourd'hui utilisée en Normandie; (voir le reportage ci-dessous à Victot-Pontfol dans le Calvados)

Reportage de Catherine Berra et Thierry Cléon
Intervenants:
- Jade Odoul, éducation et débourrage de chevaux
- Gaël Jouan, propriétaire du haras de Circée

Coup de projecteur sur la méthode Blondeau
Eclairage sur une méthode de débourrage, la méthode Blondeau, du nom de son créateur Nicoles Blondeau qui s'appuie sur la mise en confiance du cheval et un travail en douceur. - C.Berra/T.Cléon

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus