• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Tour de France gastronomique : la Normandie à l'honneur

Pierre-Louis Tourneur, au centre, entouré de deux boulangers normands / © Bon Appétit Foodies
Pierre-Louis Tourneur, au centre, entouré de deux boulangers normands / © Bon Appétit Foodies

Il s'appelle Pierre-Louis Tourneur, il a 25 ans, et roule depuis début avril sur les routes de France. Son objectif ? Rencontrer un maximum d'artisan des métiers de bouche pour mettre en avant le patrimoine gastronomique régional. Du 23 juillet au 9 août 2018, le jeune homme parcourt la Normandie.

Par Maxime Dewilder

Conseil cuisine
Pierre-Louis Tourneur, 25 ans, pédale d'un coin à l'autre de la France depuis début avril avec un objectif : rencontrer les meilleurs artisans locaux des métiers de bouche afin d'écrire un guide de la gastronomie régionale. Sous forme d'application, ce guide s'inscrit dans une démarche de mise en valeur des produits locaux à travers l'histoire de vieilles recettes. Il découvre en ce moment la Normandie.

Comment avez-vous eu l'idée de ce tour de France de la gastronomie locale ?
"Lorsque j'étais enfant, ma nourrice cuisinait devant moi. Elle venait de Charente-Maritime et utilisait des grosses cocottes en fonte. Mes grands-parents me parlaient des madeleines de Proust culinaires de leur jeunesse... Ma passion pour la gastronomie naissait. Ensuite, plus récemment, j'ai beaucoup voyagé et j'ai fait ce constat : les étrangers ont une vision biaisée de la cuisine française. Les Chinois, par exemple, pensent que cela se limite à des petits morceaux de nourriture dans de grandes assiettes, avec 4 couteaux et 4 fourchettes pour manger !"
Vous êtes en ce moment en Normandie, quels artisans allez-vous rencontrer ?
"J'ai rencontré un producteur de Pont-L'Évêque, à Saint-Philbert-des-Champs (Calvados). L'artisan confectionne son fromage dans la pure tradition, c'est extraordinaire ! Il remonte jusqu'à la base de la chaîne de production, à savoir l'alimentation des bêtes. Il ne les nourrit qu'à l'herbe et au foin pour que son fromage soit de la meilleure qualité. La Normandie est réputée pour ses fromages.
Ce matin, j'étais très tôt dans une boulangerie de Caen (Calvados) pour suivre la recette de la tarte fine aux pommes. À Caen, je me suis aussi rendu au Café Mancel, dans le château.
Une de mes prochaines escales se trouve dans la Manche : le Mont Saint-Michel et la fameuse Mère Poularde !"

Comment sélectionnez-vous les artisans qui figureront dans votre guide numérique ?
"Je ne fonctionne quasiment que par le bouche à oreille. Je me suis rapproché de groupes d'artisans d'excellence dans le secteur culinaire comme les meilleurs ouvriers de France par exemple. Et puis il y a aussi des associations de boulangers, de bouchers ou de fromagers. Chaque association a sa charte. Si j'estime que cette dernière correspond à mes valeurs, je me lance."
Justement, quelles sont vos valeurs ?
"Je suis un fervent défenseur de la philosophie de manger moins mais mieux. Je suis pour qu'on revienne à une alimentation plus intelligente en termes de santé. Les grandes surfaces font énormément de dégâts. Par ailleurs, je prône un modèle économique basé sur le circuit court et local. J'entends certains dire que c'est plus cher. C'est vrai, consommer de manière plus intelligente doit s'accompagner d'un changement de nos habitudes alimentaires. À ce moment-là, cela reste viable. Typiquement, manger de la viande rouge de qualité seulement 1 ou 2 fois dans la semaine ne revient pas plus cher que de manger de la viande rouge de qualité moindre 3 fois par jour."

Quelle est la différence entre vous et un guide touristique traditionnel ?

"Déjà, il n'y a pas de version papier. Les guides "classiques", en termes de nouvelles technologies, n'ont fait que numériser leur version papier en format numérique. Moi, je veux inclure de la vidéo dans mon application pour que l'utilisateur puisse voir la confection d'un produit, par exemple. Ensuite, les guides recommandent souvent des établissements, pas des produits en tant que tels. Mon application a vocation à faire connaître une région et ses produits, leur histoire, le contexte de leur création... Et puis en mettant en avant les artisans locaux, j'évite aux utilisateurs de se rendre dans des attrape-touristes. À terme, j'aimerais qu'un touriste puisse commander à un artisan, par exemple du Pont-L'Évêque, directement depuis l'application et en français, en anglais ou en chinois pour en plus abolir la barrière de la langue."
Retrouvez l'aventure de Pierre-Louis Tourneur sur son site internet et sur Facebook avec la page : Bon Appétit Foodies.

A lire aussi

Sur le même sujet

Manifestation des agents EDF devant la centrale thermique du Havre

Les + Lus