Pour la troisième fois, la Normandie se fait le porte-voix des défenseurs et artisans de la paix

La troisième édition du Forum pour la Paix a lieu ce jeudi 1er et ce vendredi 2 octobre à Caen. Parmi les grandes thématiques abordées cette année, l'environnement et la place des femmes.

La troisième édition du Forum mondial pour la paix a débuté ce jeudi 1er octobre à l'Abbaye aux Dames, à Caen
La troisième édition du Forum mondial pour la paix a débuté ce jeudi 1er octobre à l'Abbaye aux Dames, à Caen
"Nous sommes légitimes pour parler de paix. Il est logique que la Normandie s'engage pour la paix. C'est une idée que les Normands portent en eux", expliquait en 2017 Hervé Morin, à la veille de "Normandie pour la paix", un premier rendez-vous comme un galop d'essai de ce qui allait devenir, un an plus tard, le Forum mondial pour la Paix.

Trois ans plus tard, et malgré une situation sanitaire pour le moins complexe, la troisième édition de ce rendez-vous voulu par le président de Région a lieu ce jeudi et ce vendredi à l'Abbaye-aux-Dames. "Nous sommes en train d'ancrer en Normandie un événement qui, d'une part, est un lieu de réflexion, mais aussi un lieu d'éducation et de pédagogie pusiqu'il y a un très gros travail effectué avec toute une série de lycées et d'établissements", se félicite Hervé Morin, "Et c'est aussi un lieu où on a une véritable réflexion universitaire et scientifique, notamment à travers une chaire universitaire créée l'année dernière."

Dans son discours inaugural de cette troisième édition, le président de la Normandie a pointé "les nouvelles menaces, les menaces climatiques, sociales et technologiques", autant de thématques qui irrigueront les débats organisés durant deux jours à l'Abbaye-aux-Dames.
  Parmi les grands témoins invités à prendre la parole (sur place ou en vidéo) cette année, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, l'éthologue Jane Goodall, la secrétaire générale de la Francophonie Louise Mushikiwabo, les politologues Bertrand Badie et Pascal Perrineau, Marija Pejčinović Burić, secrétaire générale du Conseil de l’Europe, Izumi Nakamitsu, secrétaire générale adjointe de l'ONU et haute-représentante pour les affaires de désarmement, mais aussi l'ancien ministre de l'environnement Nicolas Hulot et le photographe Yann-Arthus Bertrand, président de la fondation Good Planet. Sans oublier une marraine prestigieuse, la cantatrice Barbara Hendrix.
 
Pour sa troisième édition, le forum mondial pour la Paix a choisi une voix prestigieuse qui a donné ce jeudi un concert pour le personnel soignant mobilisé contre l'épidémie de covid-19, "un concert pour ceux qui sont en première ligne, pour leur montrer qu'ils ont une valeur dans nos vies." Une voix prestigieuse et talentueuse, naviguant entre plusieurs répertoires, du lyrique au gospel, une voix oeuvrant également pour la paix. Car la cantatrice est depuis 1987 ambassadrice du haut-commissariat aux réfugiés de l'ONU et enchaine depuis plusieurs années les missions auprès de ceux que les conflits ont déracinés, des boat people aux migrants de Lesbos.
 
Entretien avec Barbara Hendricks au forum mondial pour la paix

Les femmes à l'honneur

Et elle ne sera pas seule à prendre la parole. Car l'autre grande thématique de cette troisième édition, c'est la place des femmes dans la construction de la paix. Et c'est d'ailleurs une femme que 5 500 jeunes de 15 à 25 ans de 81 pays ont choisi d'honorer cette année en lui décernant le Prix Liberté. Après Greta Thunberg, c'est l'action de Loujain al Hathloul, militante pour les droits des femmes en Arabie Saoudite, qui est mise en lumière. La jeune femme, arrêtée voilà deux ans, croupit dans les geoles de son pays  pour avoir “tenté de porter atteinte à la sécurité et à la stabilité du royaume (…) et de saper l’unité nationale”.  Elle a notamment fait campagne pour le droit des femmes à conduire et se bat pour l’abolition du système de tutelle masculine.
Portrait Loujian al Hathloul Prix Liberté

En l'absence de la lauréate, retenue contre sa volonté, Barbara Hendricks remettra ce deuxième Prix Liberté ce vendredi aux soeurs de Loujian al Hatloul.

Outre les grandes conférences, le Forum mondial pour la paix propose durant deux jours de nombreux débats sur la place de l'Union européenne sur la sccène internationale, la diplomatie de l'eau, le monde après la pandémie, l'Amazonie ou les libertés face à la crise et l'avenir du multilatéralisme.

Le programme complet est à retrouver sur le site internet du Forum mondial pour la paix.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique société environnement