Confinement : de la fraîcheur et de l’humour au bout du pinceau avec le personnage dessiné La Trouvillette

Depuis le début du confinement, les internautes peuvent suivre sur les réseaux sociaux les aventures dessinées de La Trouvillette. Ce personnage féminin, reconnaissable à sa marinière, réagit avec humour à l’actualité du coronavirus. Rencontre avec Chloé, l'auteure-dessinatrice.
Pendant le confinement, le dessinatrice Chloé met en scène son personnage La Trouvillette, pour tourner l'actualité en dérision.
Pendant le confinement, le dessinatrice Chloé met en scène son personnage La Trouvillette, pour tourner l'actualité en dérision. © Chloé / La Trouvillette
C’est comme une soupape de décompression pour les internautes. Chaque jour pendant le confinement, un dessin de La Trouvillette est posté sur les réseaux sociaux. Près de 1200 abonnés suivent ce personnage présenté comme « une jeune femme candide avec beaucoup d’humour et de second degré ». Faut-il reconnaître la dessinatrice à travers ce portrait ? Chloé avoue : « force est de constater qu’elle me ressemble un peu ».

Chloé, c’est le pseudo de l'auteure et dessinatrice de La Trouvillette. Directrice artistique dans la publicité à Paris, elle quitte la frénésie de la capitale après un burn-out. Depuis deux ans, l’artiste vit au bord de l'eau, à Trouville-sur-Mer, dans le Calvados. Même si elle poursuit son activité de publicitaire, la jeune femme de 33 ans veut réaliser son rêve : « faire de la BD ». En janvier dernier, elle ouvre le compte Instagram La Trouvillette, pour faire exister son personnage.
 
« L’oeil se balade dans chacune des formes », explique Chloé. Munie de son pinceau, la dessinatrice trace d’un trait libre des lignes verticales et horizontales, pour esquisser les mèches de cheveux et les rayures de la marinière de son personnage. Attachée à ne fermer aucune forme, elle joue avec les contrastes à l’encre de Chine. Tendre, espiègle ou moqueuse. En quelques traits seulement, l'artiste parvient à donner une expression au visage de sa Trouvillette.
 

Des relents de pub

Comme des dessins de presse, les croquis en noir et blanc sont accompagnés de textes. Certains contenus rédactionnels s’apparentent presque à des slogans. « Ce sont des relents de ma carrière publicitaire ! », analyse amusée la dessinatrice.

Vague, plateau, pic... Chloé joue avec son pinceau mais aussi avec les mots et « les infos anxiogènes répétées en boucle », précise-t-elle. « Un dessin pour désamorcer, cela ne fait pas de mal. La Trouvillette milite pour de la légèreté, de la joie de vivre et de l'humour », raconte la mordue de BD.
 
Dixième jour de confinement. Chloé met en ligne une Trouvillette équipée d’un masque de plongée et d’un tuba avec la phrase « Evidemment je sors masquée… ». Quelques jours plus tard, La Trouvillette lance l’index levé : « Une vague arrive, ça tombe bien j’adore surfer ».

Puis Chloé s'amuse avec une autre expression d’actualité : « Apparemment on a atteint un plateau… un plateau de fruits de mer ? », interroge La Trouvillette le sourire aux lèvres, représentée avec des crustacés sur la tête. Passionnée par la mer, la Normande d’adoption travaille aussi son champ lexical. « Les jeux de mots faciles ont l’air de beaucoup me divertir », reconnaît la dessinatrice rieuse.
  

Des dessins solidaires

Avec ses dessins et sa sensibilité, Chloé apporte aussi son soutien aux personnes âgées. A Trouville-sur-Mer, une dizaine de bénévoles met un numéro de téléphone à disposition des personnes âgées. Il s'agit du 06 13 89 82 73.

Avec le soutien de la municipalité et le Centre communal d’action sociale (CCAS), des Trouvillais proposent aux plus de 70 ans de leur livrer des courses, de sortir leurs animaux domestiques ou tout simplement d’échanger par téléphone pour maintenir un lien social. Le service s’appelle « Entraide Coronavirus Trouville-sur-Mer, Confinés mais pas isolés ».

Pour faire connaître l’action bénévole, Chloé est contactée pour réaliser la campagne d’affichage. Sans hésiter, la dessinatrice accepte. En quelques coups de pinceau, elle illustre le service en représentant La Trouvillette qui enlace une personne âgée. Son réflexe de publicitaire l’a pousse à ajouter une phrase en guise de slogan  : « On va quand même pas vous laisser tomber ».

Près de 200 personnes âgées sont accompagnées et « chouchoutées » au quotidien depuis six semaines, précise une bénévole.
 
La dessinatrice promet de continuer les aventures de La Trouvillette, pour tourner en dérision les gestes barrières et le déconfinement. Un nouveau personnage a déjà fait son apparition : un goéland, comme compagnon de La Trouvillette. Confinement ou pas, d’autres croquis décalés sont à venir.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement : envie d'évasion covid-19 santé société art culture