Confinement et vacances : les contrôles de Gendarmerie renforcés pour contrer les éventuels départs

Les congés de printemps arrivent et à cette occasion, les forces de l'ordre ont reçu des instructions très strictes : dissuader les habitants d'Ile de France de rejoindre des lieux de vacances où le confinement pourrait se montrer plus supportable. Braver l'interdit pourrait coûter très cher.
Confinement et vacances : les contrôles de Gendarmerie renforcés pour contrer les éventuels départs à Pâques
Confinement et vacances : les contrôles de Gendarmerie renforcés pour contrer les éventuels départs à Pâques © France Televisions
Depuis bientôt trois semaines, les gendarmes de la route consacrent les 3/4 de leur activité aux contrôles de respect du confinement... Et avec l'arrivée des congés scolaires, ils n'ont pas l'intention de baisser la garde.

En ce vendredi 3 avril, l'A13 n'a jamais été aussi déserte. L'essentiel du trafic est constitué de poids lourds. Aux péages, ils passent sans difficulté. Pour les voitures particulières en revanche, le dispositif est invariable : le contrôle de gendarmerie.
 

Jusqu'à 3750 euros et 6 mois d'emprisonnement en cas de récidive 

Si les gendarmes peuvent verbaliser, ils ne peuvent pas obliger le conducteur à faire demi-tour pour regagner son lieu initial de confinement. Mais si la voiture poursuit sa route, le risque est fort de croiser un nouveau contrôle et pour le conducteur, tout peut très rapidement se compliquer.

Le voyage d'une famille tentant de rejoindre un lieu de villégiature en Normandie, pourrait rapidement atteindre un coût faramineux car à chaque péage autoroutier (ou contrôle sur une nationale ou départementale), un procès-verbal peut être dressé et ce, de manière cumulative : 135 euros la 1ère fois...200 euros quelques kilomètres plus loin pour récidive... puis 3750 euros et 6 mois d'emprisonnement au contrôle suivant. Bref, le rêve d'évasion risque (potentiellement) de se terminer par un séjour à l'ombre...
 
durée de la vidéo: 01 min 51
Controle routiers confinement

Reportage J. Ragueneau, C.Leloche au péage de Dozulé 
  
D’après une estimation réalisée par l’opérateur téléphonique Orange, quelque 1.200.000 Franciliens auraient quitté leur domicile durant le week-end des 14 et 15 mars dernier en prévision de l’annonce du confinement. Pas question qu’une telle transhumance se reproduise à l’occasion des vacances de printemps. C’est le message que martèlent les autorités.
D’où ces contrôles routiers qui s’intensifient dès à présent. 
 
 
Moins de circulation, moins d'accidents ?
Les gendarmes constatent une spectaculaire baisse des accident, ce qui paraît logique puisqu’on ne circule plus beaucoup...

En revanche, les automobilistes qui se croient seuls sur la route auraient tendance à oublier les règles de prudence les plus élémentaires : excès de vitesse, stop et priorités moins respectés, etc…

Un automobiliste a été contrôlé jeudi à 167 km/h sur une route départementale limitée à 80 !
Les radars, eux, ne sont pas confinés…
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement : conseils pratiques santé société autoroute économie transports