Covid-19 : Le Calvados passe en alerte renforcée

La préfecture du Calvados annonce ce vendredi 16 octobre le passage du département du niveau « alerte » au niveau supérieur, « alerte renforcée ». Le Covid-19 circule de plus en plus dans le département et oblige les autorités à prendre de nouvelles mesures de restriction.  
 

Aucun client ne sera accueilli dans les restaurants après 22h, les bars seront fermés à 21h. Deux des mesures prises suite au passage du département au niveau d'"alerte renforcée"
Aucun client ne sera accueilli dans les restaurants après 22h, les bars seront fermés à 21h. Deux des mesures prises suite au passage du département au niveau d'"alerte renforcée" © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP
Le virus circule toujours plus dans le Calvados. 155 cas pour 100 000 habitants. C’est au-dessus du niveau régional (147 cas pour 100 000 habitants en Normandie), mais c’est surtout au-dessus de la barre des 150 , seuil de l’alerte renforcée.
Toujours en zone rouge, le Calvados passe donc au stade supérieur, de celui d’alerte à celui d’alerte renforcée. Le Préfet du Calvados l’a annoncé ce matin lors d’une conférence de presse.
   

Alerte renforcée : De nouvelles restrictions 

Le Calvados, comme l’ensemble du territoire national, est concerné par le rétablissement de l’état d’urgence sanitaire à compter de ce samedi 17 octobre, avec l’interdiction des fêtes privées, la limitation du nombre de clients à six par table dans les restaurants et l’enregistrement de leurs noms.

Mais le passage au stade d’alerte renforcée permet au Préfet de prendre des mesures complémentaires.
Il a listé celles qu’il a choisi d’appliquer dans le département :   

Des vacances en alerte renforcée


Ces mesures sont applicables dès ce week-end, et sur l'ensemble du département, qui s'aprète à accueillir 300 000 touristes pour les vacances de la Toussaint. 
 
Des touristes qui fuient les grandes villes concernées à partir de ce week-end par un couvre-feu de 21h à 6h pendant quatre semaines : l’ensemble de la région Ile-de-France, les métropoles de Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Saint-Etienne et Toulouse. 
 

Le maire de Caen inquiet 

Rouen est pour l'instant la seule métropole de l'Ouest à être concernée par ce couvre-feu. Mais des maires s'inquiètent et craignent de les rejoindre. Au premier chef , celui de Caen.
 

Le risque est réel. Dans la ville et le département, nous enregistrons un quasi doublement du nombre de cas en dix jours, si cela perdure on va se retrouver dans la même situation que Rouen.

Joël Bruneau, maire de Caen



Depuis plusieurs semaines, Joël Bruneau tire la sonnette d'alarme et ces derniers jours ses Tweets se font plus alarmistes encore . 
 
En cas de détérioration de la situation, le passage au stade supérieur est celui d'alerte maximale.  Il sera franchi si le taux d'incidence est de plus de : 250 nouveaux cas pour 100 000 habitants, 100 nouveaux cas pour 100 000 habitants chez les personnes âgées et si la part de de patients Covid-19 dans les services de réanimation atteint 30 %.

Les lieux placés en zone d'alerte maximale sont : Aix-Marseille et la Guadeloupe depuis le 23 septembre. Paris et les trois départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne) depuis le 5 octobre. Grenoble, Lille, Lyon et Saint-Étienne depuis le 10 octobre 2020. Toulouse et Montpellier à compter du 13 octobre 2020.

Depuis fin septembre, Rouen et la Seine-mariritime connaissent une détérioration de leur situation et multiplient les mesures : interdiction des évènements rassemblant plus de 1000 personnes depuis le 26 septembre dans le département; 
depuis le 28 septembre à Rouen et dans 19 communes de la métropole : interdiction des brocantes et vide-greniers et fermeture des débits de boisson et des bars fixée à 22 heures, ...

Seule bonne nouvelle dans ce contexte : les délais d'attente pour le dépistage se sont réduits ces derniers jours, et l'Agence Régionale de Santé parle même d'un retour à la normale. 
 
Pour conclure sur le passage du département en alerte renforcée, le Préfet du Calvados invite la population à  "ne pas attendre que l'on réglemente pour adopter les bons comportements y compris dans la sphère privée afin d'éviter des mesures beaucoup plus restrictives."

Philippe Court précise également que les forces de l'ordre seront mobilisées pour veiller à l'application des nouvelles mesures. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société