De la gendarmerie aux Folies Bergères, le destin étonnant et émouvant de la drag queen Ginger Bitch

Le public l'a découvert dans l'émission "Drag Queen Race" sur France 2 qui attire des millions de téléspectateurs. Cédric alias Ginger Bitch est une reine emblématique normande passionnée par le drag. Mais qui se cache derrière ce personnage extravagant ?

C’est l’histoire d’une transformation... d'un rêve devenu réalité. Un changement de vie où Cédric, 44 ans et ancien Gendarme, devient Ginger Bitch : "Allez-y vivez vos rêves... vraiment vivez vos rêves, je l'ai fait".

Cédric alias Ginger Bitch

Cédric est une drag queen engagée révélée par l'émission phénomène "Drag Race France" sur France 2 : "Je n'aurais jamais pensé vivre ça et pourtant je l'ai vécu", nous confie-t-il.

C'est à Paris, quelques jours avant son spectacle aux Folies Bergère, dans le cadre de la tournée Drag Race France, que l'on retrouve Cédric. Sa passion devenue son métier a amené Ginger Bitch à produire son personnage sur toutes les scènes drag de France. Et quand il se tient debout devant la mythique salle parisienne, ses yeux brillent, sa voix est pleine d'émotion : "C'est vraiment joli. Je suis assez fier de moi. Qui aurait qui aurait cru que le petit Normand terminerait aux Folies Bergère à Paris ? C'est complètement fou !"

Tout a commencé il y a quatre ans : "Je suis allé dans un bar où il y avait souvent des drag queens. Ça me fascinait ! Un jour, un concours a été organisé et donc avec mon copain on a décidé d'y participer pour rigoler. Il s'avère qu'on a fini en finale et qu'on a été booké dans un premier établissement, puis un deuxième, troisième, quatrième... La machine s'est emballée".

Des petits shows à gauche à droite et la consécration pour Cédric avec l'émission "Drag Race France" sur France 2. Un concours où plusieurs concurrents s'affrontent autour de défis, de la danse ou de la comédie. L'émission, suivie par des millions de téléspectateurs, est devenue culte. Ginger Bitch faisait partie de l'une des onze reines de l'émission. Un personnage qui s'est lancé dans "le drag" soit l'art de se transformer en femme pour des spectacles.

Ginger Bitch c'est un personnage qui aime faire la fête, rire, taquiner ses amies. Elle adore la vie. Elle est drôle, espiègle. C'est aussi ce que je suis habituellement. La différence, c'est qu'elle est bien plus extravagante"

Cédric alias Ginger Bitch

Un ancien gendarme

Cédric est né à Caen. Il a grandi dans la petite ville de Grentheville. Faire le spectacle est une passion pour cet homme depuis tout petit. Il adorait se déguiser et se produire auprès des siens : "On a toujours dit : il finira sur scène", nous confie Liliane, la maman de Cédric, tout en nous montrant ses photos d'enfance.

Pourtant, en grandissant, il choisit la même voie que son père. Cédric rejoint l'armée puis devient gendarme et se tourne ensuite vers des métiers de bureau avant le grand changement à l'âge de 40 ans. "Ce n’est pas facile de dire que son frère fait du drag, les gens ne comprennent pas forcément. Mais j'estime que temps qu'il est heureux, que c'est son truc, tant mieux, c'est le plus important. Qu'il fasse ce qu'il a envie", nous dit sa sœur Sandra.

Son envie : la scène. Et pour quelques minutes sur les planches, il faut trois heures de maquillage, des costumes, des accessoires. La magie opère, les queens se métamorphosent.

La scène : la consécration

Sur scène, Cédric devient entièrement Ginger Bitch. Il est dans son élément, son personnage est sa raison d'être. Il danse, chante et le public est totalement emballé par le personnage et le spectacle déjanté qu'il offre :"C'est énorme, les tenues sont impressionnantes et vraiment pas déçue", lâche une jeune femme dans le public. Une autre est complètement fan de la drag queen : "Ginger est incroyable et en plus elle est normande donc voilà moi je dis : Ginger forever".

Sa tournée a attiré plus de 50 000 spectateurs. Triomphale, cette dernière se termine dans la fameuse salle des Folies Bergères avec des spectateurs en feu. Sa notoriété est nouvelle, folle et inattendue :

Je pense qu'aujourd'hui c'est une belle consécration. Il n'y a rien de malsain dans le drag, c'est juste du spectacle.

Cédric alias Ginger Bitch

Il ajoute : "D’ailleurs, les gamins qui viennent nous voir lors de nos shows sont ébahis. Ils nous voient comme des grosses Barbie. Et puis c'est drôle de se dire que notre public va des enfants jusqu'à la mamie de 89 ans. C'est touchant".

C'est son ami Thibault, producteur de spectacle, qui l'a révélé au tout début : "Je savais qu'il allait percer mais pas à ce point, je suis fier". Cédric mesure le chemin parcouru : "C'est là qu'on se dit que la société a vachement évolué. Qui aurait dit il y a 10 ans qu’on verrait des drag queens faire des spectacles et un show à la télévision".

Et il est fier et reconnaissant de participer à l'émission "Drag Race France". Même si c’est un divertissement, l’émission portée sur le service public fait passer des messages de tolérance et de lutte contre toute discrimination : "Pour moi, quand j'ai commencé l'émission, j'ai pensé qu'on devait forcément être politique. Un message que je ne comprenais pas parce que j'avais juste envie d'en faire pour être sur scène. Je me suis retrouvé face à des situations où j'ai dû prendre parti. Mais finalement et dans le fond l'émission c'est juste un petit panel, d'un petit groupe de personnes LGBT qui viennent porter leurs histoires à la télévision".

Un coming out forcé

Lors de la saison 2 de "Drag Race France", Cédric confiait à ses camarades de l'aventure qu'il avait dû faire un coming out forcé : "Mes parents m'ont un jour un peu convoqué à la maison et je leur ai dit que j'étais gay. Et là j'ai eu le droit à l'époque à tous les clichés. Ils m'ont dit "attention tu vas choper le SIDA", "tu vas finir travelo dans les boîtes de nuit", bon pour ça ils n’avaient pas trop tort", lâche-t-il en riant.

Des mots l'ont blessé, comme cette phrase que lui dit sa mère à l'époque qu'il partage les larmes aux yeux.: "Faut que tu rentres à la maison, je vais te soigner. Alors que j'étais pas malade". Mais très vite, il ajoute : "Maman, sache que si tu me regardes, je ne t'en veux absolument pas. Aujourd'hui, j'ai des parents qui sont géniaux avec la communauté. Mon chéri, c'est leur deuxième fils. Ma mère m'a dit "j'aurais pu avoir un fils hétérosexuel mais ça aurait été beaucoup moins gai"".

Ses parents l'ont accepté, ils sont même très fiers de lui : "C'est émouvant de voir tout ce monde applaudir notre fils", tient à nous dire la maman de Cédric. Son père ajoute :  "Le voir comme une grande scène à Paris ou à Rouen, on était ému. Nous sommes fiers de lui, il a durement travaillé pour ça. 

Un parcours de vie singulier et inspirant pour la communauté LGBT. Une fierté et un accomplissement pour Cédric : " Je me souhaite un avenir plein de strass et de paillettes, c'est pour ça que je suis rentré dans le drag. Je ne me fais pas d'illusion, je n'irai pas remplir l'Olympia avec ma voix, c'est sûr ! Mais quoi qu'il en soit, mon métier sera toujours d'aller sur une scène, de performer". La carrière de Ginger Bitch ne fait que commencer.