• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Selon Didier Guillaume, “l'Etat va faire tout ce qui est en son pouvoir pour mettre la pression” sur Südzucker

Le ministre de l'agriculture Didier Guillaume a rencontré les salariés de la sucrerie de Cagny, les acteurs de la filière betteravière et les élus locaux ce mercredi 27 mars
Le ministre de l'agriculture Didier Guillaume a rencontré les salariés de la sucrerie de Cagny, les acteurs de la filière betteravière et les élus locaux ce mercredi 27 mars

Le ministre de l'agriculture était ce mercredi 27 mars dans le Calvados pour évoquer l'avenir de la sucrerie de Cagny et des autres sites du groupe allemand Südzucker promis à la fermeture. Les acteurs de la filière estiment pouvoir en assurer la reprise. Pour l'instant, l'industriel refuse.

Par CM

"Il y a des choses qui avancent mais il y a des choses confidentielles aussi", déclarait, un peu gêné, à la sortie de la réunion avec le ministre de l'agriculture, un des participants. Six semaines après l'annonce par le groupe allemand Südzucker de la fermeture de trois de ses sites français (de sa filiale Saint-Louis), didier Guillaume avait fait le déplacement dans le Calvados ce mercredi 27 mars pour rencontrer les salariés et les acteurs de la filière betteravière. "Les grands axes, c'est que le gouvernement va faire pression sur Saint-Louis et Südzucker pour les forcer à vendre", résumait le participant à la réunion. 
 
"L'Etat va faire tout ce qui est en son pouvoir pour mettre la pression" sur Südzucker
Reportage de Stéphanie Potay et Gwenaëlle Louis

Devant les caméras, les salariés et les producteurs, Didier Guillaume a en effet opté pour un ton résolument offensif. Dénonçant "une décision unilatérale, incompréhensible et inacceptable", vantant "l'union sacrée de tous les élus pour dire: non", le ministre de l'agriculture a affirmé que "l'Etat va faire tout ce qui est en son pouvoir pour mettre la pression" sur l'industriel allemand. "Si l'entreprise n'accepte pas de reculer, il faut au moins qu'elle accepte qu'il puisse y avoir des reprises de sites qui sont viables, comme ici à Cagny."
 

La semaine dernière, le gouvernement a déjà montré les dents en déclarant aux députés qu'il étudierait la possibilité de sucrer le CICE au groupe Südzucker. Ce mercredi, à Cagny, le ministre a dévoilé d'autres pistes "pour que ça coûte très très cher à cette entreprise". Il a notamment évoqué l'ambiguité autour de l'avenir de la sucrerie de Cagny dont l'industriel voudrait faire un simple site de stockage. "Nous pensons que cette situation avoisine un contournement de la loi. En laissant cinq personnes dans une centreprise, ça veut dire qu'il n'y a pas de PSE (Plan de Sauvegarde pour l'Emploi), qu'il n'y a pas de fermeture de l'entreprise. Nous allons regarder tout ça." Autre piste: "il y a une centrale d'épuration qui a été construite il y a deux ans qui doit marcher pendant 10 ans. Si le site est fermé, il faudra payer pour ces 10 ans."
 

Des négociations en coulisses ?

Pour envisager une reprise de la sucrerie de Cagny, il faudrait déjà qu'il y ait un vendeur. Et jusqu'à présent, officiellement, le groupe Südzucker ne veut pas entendre parler de cette option. Néanmoins, le sujet semble toujours d'actualité et a été évoqué lors d'une réunion organisée la semaine dernière à Strasbourg entre l'industriel et les représentants de la filière betteravière. "Nous, les planteurs, estimons que le risque n'y est pas, qu'il y a de la visibilité et qu'on a la possibilité, techniquement et financièrement de reprendre l'outil, de reprendre la main sur notre avenir avec un prix minimum garanti et un retour sur investissement de l'ordre du raisonnable", indique Franck Sander, le président Confédération Générale des planteurs de Betteraves (CGB). Le sujet devrait figurer à l'ordre du jour d'une prochaine réunion prévue de nouveau à Strasbourg fin avril. 

Sur le même sujet

Le maire de Bourg-Achard décrit les dégâts

Les + Lus