EN IMAGES. "Peut-être qu'ils en veulent aux Chrétiens" : Une abbaye séculaire profanée la veille de l'Ascension

L'Abbaye de Saint-Pierre-sur-Dives (Calvados) a été profanée dans la nuit du 8 au 9 mai 2024. Ces dégradations suscitent un fort émoi dans la paroisse locale, d'autant plus qu'elles ont été réalisées la nuit précédant de l'Ascension. Une plainte a été déposée, une enquête est ouverte.

L'Abbaye de Saint-Pierre-sur-Dives a été visitée et dégradée la veille de l'Ascension. Au petit matin du 9 mai, la sacristine a découvert le sinistre après avoir ouvert les portes de l'édifice religieux, qui devait accueillir une messe quelques heures plus tard. 

Les tabernacles vandalisés

Elle découvre alors que plusieurs tabernacles ont été les cibles d'effraction ou de tentatives d'effraction. Les délinquants n'ont cependant pas réussi à forcer celui contenant le Saint-Sacrement. Toutefois, aspergé de cire chaude et forcé, il est désormais inaccessible. Dans la sacristie, le chasublier - armoire contenant les habits liturgiques - a aussi été vandalisé et des linges de messes ont été bazardés au sol.

Prévenu par sa paroissienne, le curé du secteur, Père Donat Nsabimana, a dû annuler une première messe qu'il s'apprêtait à donner à Sainte-Marguerite-de-Viette pour prévenir la gendarmerie et se rendre sur les lieux profanés, où il devait célébrer un office en fin de matinée.

EN IMAGES. Les dégradations dans la chapelle de l'abbatiale de Saint-Pierre-sur-Dives

La cérémonie prévue ce jeudi de l'Ascension a quand même pu se tenir, mais dans la nef, pas dans la chapelle prévue à cet effet.

Pour autant, si les dégradations sont nombreuses, rien n'a été dérobé. Le Père Donat Nsabimana émet deux hypothèses.

Peut-être que ces profanateurs sont venus parce qu'ils en veulent aux Chrétiens, parce qu'ils n'ont visé que les tabernacles. Peut-être qu'ils n'aiment pas la foi chrétienne ou catholique. L'autre hypothèse est que ces personnes cherchaient des objets précieux, des ciboires ou des calices, et qu'ils n'en ont pas trouvés.

Père Donat Nsabimana, curé de la paroisse de Saint-Pierre-sur-Dives

Peut-être y aura-t-il prochainement une messe de réparation, pour remettre les lieux en bon ordre spirituel. Par la voix de son conseiller épiscopal à l'information, le Père Laurent Berthout, le diocèse de Bayeux Lisieux se déclare "profondément attristé et choqué par cette profanation, et dans l'attente des résultats de l'enquête". 

Une plainte a été déposée, une enquête est ouverte, menée par les gendarmes de la compagnie de Lisieux.