Est-ce que je dois modifier mon régime alimentaire pendant le confinement ?

Un rapide rappel et quelques conseils diététiques pour que ce confinement se passe le mieux possible au niveau alimentaire et donc que l'on garde le mental ! 

© afp/ Bozon
Audrey Lubin est diéteticienne à Bayeux dans le Calvados, elle nous donne quelques conseils alimentaires pendant cette période particulière. 


Est-ce que le confinement doit changer notre régime alimentaire ?  

D'abord, il faut rappeler les règles de bases. A chaque repas, sucres lents-légumes-protéines. Certes par exemple, le poisson frais est plus difficile à trouver pendant le confinement ( marchés et poissonnerie fermés, bateaux qui restent à quai)  mais le poisson congelé fait très bien l'affaire, les bonnes règles alimentaires c'est qu'on en mange deux à trois fois par semaine. On peut se reporter aussi sur les conserves de poisson, de sardines ou encore de thon. En effet, du fait du confinement, certaines personnes peuvent moins s'exposer à la lumière du soleil, or celle-ci permet de synthétiser la vitamine D, particulièrement importante par exemple pour le squelette. 

Surtout, il faut faire attention au grignotage pendant cette période où l'on peut s'ennuyer et puis être stressé voir angoissé. La tentation de grignoter est grande, le placard n'est pas loin ! 

Il est nécessaire de maintenir les rendez-vous repas et pas des grignotages successifs, du matin en soir. Le télétravail peut favoriser ce comportement, faire bouger les heures habituelles de repas puisque les horaires deviennent élastiques. On va éprouver d'avantage la faim et donc on va manger plus.

Tout l'organisme peut s'en trouver perturbé. Il est normal, c'est rassurant en ce moment d'avoir besoin de ressentir la sensation du remplissage d'estomac mais attention, à ne pas privilégié les produits sucrés. Je conseille de boire des boissons chaudes qui apaisent ce besoin d'oralité, que les choses passent par la bouche. 


Est-ce que comme je me dépense moins, je dois manger moins ? 

En fait, c'est surtout vrai pour les personnes très actives habituellement qui font un travail physique ou qui sont sportifs. Celles qui sont d'avantage sédentaires sont moins concernées par une légère réduction de l'apport calorique quotidien. Par exemple, pour une femme qui doit avoir 2 à 2200 calories d'apport quotidien environ , il y a déjà 1200 à 1600 calories qui sont dépensés chaque jour juste pour le fonctionnement du corps. 

Ce n'est pas non plus à mon sens le bon moment pour commencer un régime, mettre le corps en situation de fragilité inutilement,  il vaut mieux appréhender la situation nouvelle d'un point de vue émotionnel, trouver un équilibre plutôt que de s'astreindre à des interdictions. 

Des mises en garde, des conseils ? 

Eviter ce qui contient du sucre rapide évidemment, le moment des courses est à ce titre crucial. On a vu par ailleurs que les réflexes d'achat au début confinement se portaient plus sur des pâtes, je conseimme de  remplir vos placards de produits bruts et sains au maximum, éviter les produits industriels et transformés. 

La consommation d'oeufs a fortement augmenté depuis le début du confinement, je pense que c'est en grande partie parce que les gens font des gâteaux, on en revient à la problématique du sucre. 
 
Et puis cuisiner sans pour autant se mettre la barre trop haut, pas la peine de cuisiner 3 heures, il faut si besoin remettre en place des habitudes qui seront compatibles une fois le déconfinement venu. Optez pour les épices qui donne du goût, mangez équilibré pour booster l'immunité ! 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société gastronomie culture région normandie fusion des régions