• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Un gilet jaune condamné à deux mois de prison ferme à Caen

© huctin
© huctin

En comparution immédiate, ce jeudi 6 décembre 2018, le tribunal de Caen a condamné à deux mois de prison ferme, sans mandat de dépôt, un homme de 26 ans, pour son attitude parmi les gilets jaunes, lors de l'évacuation de la presqu'île et du rond point de Giberville, deux jours plus tôt.

Par Alexandra Huctin

C'est le premier gilet jaune jugé et condamné à Caen. L'audience s'est déroulé jeudi 6 décembre, au palais de justice devant un comité de gilet jaune venu le soutenir. 
L'homme de 26 ans a été condamné a deux mois de prison ferme sans mandat de dépôt pour que sa peine soit aménagée. 

Il a comparu pour "délit d'entrave à la circulation et refus d'obtempérer", le 4 décembre, lors de l'évacuation par les forces de l'ordre des barrages filtrants sur la presqu'île de Caen et au rond-point de Colombelles.


Un casier judiciaire qui a pesé


"Le parquet avait requis six mois de prison ferme et une annulation de permis à son encontre. Le tribunal a finalement relaxé ce Gilet jaune des faits d'entrave à la circulation, mais l'a condamné à deux mois de prison ferme, sans mandat de dépôt, pour le refus d'obtempérer", selon nos confrères de Tendance-Ouest

"Le 4 décembre 2018, le prévenu a refusé de s'arrêter et a accéléré alors qu'il avait face à lui une colonne de policiers en unité constitué. Interpellé au départ pour violence volontaire, l'enquête a établi qu'il avait paniqué(...)  Avec un passé judiciaire qui ne plaide pas en sa faveur  : neuf mentions au casier judiciaire. Dont deux peines pour lesquelles il est recherché depuis le 14 août 2018 par les autorités" précise France bleu Normandie après l'audience. Le prévenu aura donc du s'expliquer sur ce casier judiciaire qui a pesé lourd sur l'audience. 
 

Un autre gilet jaune en garde à vue


Depuis ce jeudi 6 novembre, un autre gilet jaune, Jérémy dit KOUKI sur les réseaux sociaux et administrateur de la page Facebook Les Automobilistes de Normandie en Colère est en garde à vue à Caen. 
 

Sur le même sujet

Interview de Maître Éric Di Costanzo avocat

Les + Lus