Sanofi annonce se séparer de son usine de Doliprane à Lisieux, les salariés en grève

Le groupe pharmaceutique a annoncé vouloir céder ses activités de fabrication de médicaments sans ordonnance, dont le Doliprane, produit à Lisieux. Les salariés de l'usine sont en grève ce mardi 28 novembre.

La Quotidienne des Régions
Tous les jours à 13h, notre rédaction vous réserve le meilleur de l'info régionale. Une sélection rien que pour vous, pour rester en lien avec vos régions.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "La Quotidienne des Régions". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Les organisations syndicales de l'usine Sanofi de Lisieux (Calvados), productrice du médicament antidouleur Doliprane, ont appelé les salariés à la grève ce mardi 28 novembre. Un piquet de grève a été organisé devant les grilles du bâtiment de 8h à 16h.

L'intersyndicale, formée par la CGT, la CFDT, FO et la CFE-CGC, s'inquiète de l'annonce, le 27 octobre, de la vente par Sanofi de sa branche "Santé Grand Public". Le groupe pharmaceutique français entend ainsi se séparer en 2024 de cette division consacrée aux à la production de médicaments sans ordonnance, dont le Doliprane. Médicament le plus prescrit en France, le Doliprane est produit à Lisieux depuis 1982. Le repreneur n'est pas encore connu. "Il y a la crainte de perdre des avantages qu'on a aujourd'hui, notamment la prime d'intéressement" confie Olivier Baril, délégué central de la CFDT, présent à l'usine de Lisieux. "Il va falloir renégocier tous les accords et c'est une grande interrogation pour tous les collègues", abonde Christophe Quillet, élu de la CGT au comité social de Sanofi.

Il y a la crainte de perdre des avantages qu'on a aujourd'hui.

Olivier Baril, délégué syndical de la CFDT

à France 3 Normandie

La mobilisation sur le site de Lisieux se tient en marge d'un comité du groupe Sanofi, ce mardi à son siège de Gentilly (Val-de-Marne), où sont discutées les modalités de cette séparation. Une mobilisation de l'intersyndicale s'est également tenue dans la matinée devant le siège social de l'entreprise.

Pas de licenciement en vue

Sanofi compte se séparer de sa branche Santé Grand Public et de Doliprane, sa marque phare, dès le quatrième semestre 2024. Le groupe pourrait cependant rester au capital de la nouvelle entité qui rachètera ses activités de Santé Grand Public. "Ce sont des discussions que nous avons", a confirmé auprès de Ouest-France Julie Van Ongevalle, directrice de la division Santé Grand Public de Sanofi.

Pour cette dernière, les salariés de Lisieux "n'ont pas d'inquiétude à avoir", Sanofi assurant que le Doliprane continuera à être fabriqué à Lisieux après la cession de la branche. "Cette nouvelle étape ne changera rien à l’organisation actuelle de la Santé Grand Public, ni aux emplois de ses salariés, ni à sa production et à son empreinte industrielle", a déclaré l'entreprise auprès de France 3 Normandie. "Rien ne va changer sur nos sites. Ils resteront les mêmes", appuie Julie Van Ongevalle dans Ouest-France. Des licenciements ne seraient donc pas à l'ordre du jour.

Cette nouvelle étape ne changera rien à l’organisation actuelle (...), ni aux emplois de ses salariés, ni à sa production.

Le groupe Sanofi

à France 3 Normandie

L'investissement de 20 millions d'euros de Sanofi dans l'usine de Doliprane de Lisieux, pour la construction d'une nouvelle ligne de production, est maintenu, indique aussi le groupe. L'usine devrait ainsi encore augmenter sa productivité, "de 140 millions de boîtes par an", informe Sanofi. En fonctionnement continu, elle en produit actuellement 270 millions chaque année. "C'est un côté positif", reconnaît Christophe Quillet, de la CGT.

Montée en puissance des vaccins

La multinationale spécialisée dans les produits médicaux est notamment détentrice, en plus de Doliprane, des marques Lisopaïne, Mucosolvan et Aspégic. La division Santé Grand Public, à laquelle appartiennent ces médicaments sans ordonnance, a rapporté 5,1 milliards d'euros en chiffres de vente en 2022, soit 12% du chiffre d'affaires de la multinationale. Sanofi emploie 11 000 personnes dans le monde, dont 1 600 en France.

Si l'entreprise veut cesser la production de ces médicaments, pourtant rentable, c'est pour investir davantage dans ses branches considérées comme plus porteuses. "Nous devons recentrer nos activités dans les domaines où nous pourrons faire la différence", indique la multinationale. En particulier, Sanofi a investi un milliard d'euros pour le développement de son activité de fabrication de vaccins à ARNm, une technologie médicale qui gagne en considération depuis son développement pendant la pandémie de Covid-19 par les laboratoires Pfizer et BioNTech. Sanofi pilote désormais des essais cliniques pour le développement de ses propres vaccins ARNm et compte en faire l'une de ses activités principales.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité