Mondeville: la CGT part en guerre contre les caisses automatiques chez Carrefour

Ce mardi 12 mars, à Mondeville, la CGT organisait sa première action pour dénoncer la politique du groupe Carrefour.
Ce mardi 12 mars, à Mondeville, la CGT organisait sa première action pour dénoncer la politique du groupe Carrefour.

Depuis l'an dernier, le groupe Carrefour est engagé dans un vaste plan de "transformation". Après s'être séparé de plusieurs magasins, il souhaite développer l'automatisation dans ses hypermarché. La CGT a organisé ce mardi une première action de sensibilisation des clients et des personnels.

Par CM

C'est une première action et il y en aura d'autres, promet la CGT. Une quarantaine de personnes de la branche commerce et distribution du syndicat se sont retrrouvés ce mardi 12 mars devant l'entrée du centre commercial Mondeville 2. Leur cible: l'enseigne la plus emblématique du site, l'hypermarché Carrefour. Le groupe de la grande distribution, en difficultés, s'est engagé l'an dernier, à l'initiative de son patron Alexandre Bompard, dans un vaste plan de "transformation" qui s'est traduit par la fermture de plusieurs magasins de proximité et la suppression de 2000 emplois au siège (en plus des postes des magasins fermés).
 
Au sein du groupe Carrefour, la réorganisation se poursuit et concerne désormais les hypermarchés. La direction souhaite notamment y développer les caisses automatiques et les rayons en libre-service, une perspective qui fait bondir la CGT. A Mondeville, l'organisation syndicale voulait alerter les personnels sur les conséquences en termes d'emploi mais également sensibiliser les clients de l'hypermarché. 

"A terme, on a peur qu'il y ait une déshumanisation complète des magasins et qu'on fasse faire le travail au consommateur alors qu'il n'est pas là pour ça", affirme Franck Mérouze, secrétaire départemental de la CGT, "Il est en droit d'attendre un service et on trouve absolument important que le citoyen se mobilise pour faire en sorte de sauvegarder l'emploi (...) L'automatisation n'a  de sens que si elle profite au plus grand nombre et aujourd'hui force est de constater qu'elle ne profite qu'aux actionnaires." Devant le centre commercial, le syndicat a fait signer une pétition qu'il compte envoyer à Alexandre Bompard, le patron du groupe Carrefour.

 

Sur le même sujet

Les + Lus