Fermeture des frontières avec le Royaume-Uni : un nouveau coup dur pour le trafic transmanche.

La France comme d’autres voisins européens, a décidé de fermer ses frontières avec le Royaume-Uni ce dimanche 20 décembre. Une nouvelle souche plus contagieuse du virus a été détectée dans le sud-est de l'Angleterre. La situation se complique un peu plus à la Brittany Ferries.

A quelques jours de l’application définitive du Brexit et de la fin de la libre circulation des passagers en Europe, ce sont des mesures sanitaires qui vont, en avance, couper le Royaume-Uni du reste de l’Europe. Après l’annonce d’une nouvelle mutation du coronavirus qui rendrait la maladie "70% plus contagieuse", selon le premier ministre britannique Boris Johnson, la France, comme les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Italie et la Belgique, a décidé de fermer ses frontières à partir de dimanche 20 décembre à minuit, dans le sens Angleterre-France, pendant 48 heures. Et cela, le temps que l’Union européenne adopte une position commune sur la régulation des échanges avec le pays. Le but, limiter la propagation de cette souche nouvelle du virus.

L’interdiction de circuler concerne l’ensemble des moyens de transports tels que les liaisons aériennes, ferroviaires et routières et concerne tant les passagers que les marchandises, a rappelé le secrétaire d’Etat aux transports, Jean-Baptiste Djebbari sur la chaîne d’information en continu, LCI, dimanche soir.

Coup dur pour la Brittany Ferries

Alors que la compagnie maritime française déplore des pertes de l’ordre de 100 milions d’euros sur l’année 2020, en lien avec les deux phases de la pandémie et des mesures sanitaires qui s’en sont suivies, c’est un nouveau coup dur pour la Brittany Ferries. La nouvelle de la suppression de la liaison Angleterre-France, pendant 48 heures est tombée dimanche soir. Le transport de marchandises est donc empêché durant ce blocus de deux jours, sauf pour le fret "non accompagné", précise la compagnie, c’est-à-dire les remorques de camions et les conteneurs. Le fret non-accompagné ne représente que 20% du trafic marchand en temps normal. "La liaison France-Angleterre est possible donc les transporteurs peuvent exporter leurs marchandises en Angleterre mais ne pourront pas repartir en France avant 48 heures", déclare la Brittany Ferries.

La compagnie est dans une situation très compliquée. Jean-Marc Roué (président de Brittany Ferries) demande des aides dans le cadre du plan de relance qui est toujours en discussion

La compagnie Brittany Ferries

Britanniques et expatriés dans l’attente

La frontière est donc fermée pour au moins 48 heures. La question de la venue de Britanniques, souvent nombreux en Normandie, et d’expatriés se posent à quelques jours des fêtes de fin d’année. "La question est : aurai-je le droit de revenir si je pars? Ma vie est en France, je vis et je travaille ici, si je dois partir en Angleterre et que je ne peux pas revenir... La situation est très compliquée", témoigne ce lundi matin, à la gare maritime, un citoyen britannique.

Cette nouvelle est tombée dimanche soir juste avant le départ à 23 heures d’un car-ferry depuis Portsmouth, en direction de la France. Ce dernier n’a pas pu partir. "On a mis à disposition les cabines pour que les passagers puissent être au chaud. Ils sont descendus et repartis ce matin", indique la compagnie.

De leur côté, les passagers au départ de Caen-Ouistreham, qui devaient prendre ce car-ferry, finalement resté au port de Portsmouth dimanche soir, pourront finalement rejoindre l’Angleterre. Un bateau est parti ce matin à 8h30 de Caen et un autre partira ce soir à 23 heures, selon les informations de Brittany Ferries. Reste à savoir, maintenant, si ces passagers pourront ensuite revenir en France.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports maritimes économie transports covid-19 santé société tourisme