Témoignage. Mickaël est auxiliaire de vie, un métier aussi précieux qu'invisible : "Notre travail est vital pour les gens qu'on aide"

Publié le Mis à jour le Écrit par Pierre-Marie Puaud

Mickaël est auxiliaire de vie au Molay-Littry (Calvados). Il intervient tous les jours chez Jean, un homme qu'un accident cérébral a laissé hémiplégique. Son aide est plus que précieuse. Ce métier, trop méconnu, fait l'objet d'une pièce de théâtre dans le Calvados. Détails.

Quand on frappe à sa porte, Jean sait qui s'annonce. "Je n'ai plus de famille et je vis seul. Je n'ai plus personne". Depuis qu'un accident cérébral l'a laissé hémiplégique il y a une dizaine d'années, cet ancien boucher traiteur est vissé à son fauteuil dans sa petite maison du Molay-Littry.

"Ce n'est pas ma roue de secours, c'est ma première roue"

Sa "prison royale", dit-il avec une froide ironie. Ses journées sont seulement éclairées par les visites de l'auxiliaire de vie.

"Bonjour ! Quoi de neuf !" lance Mickaël. Il est employé par l'ADMR du Molay-Littry (Aide à Domicile en Milieu Rural). Le matin, il vient une première fois pour l'aider à faire sa toilette. C'est aussi Mickaël qui fait les courses, qui passe à la poste, qui l'aide dans tous les gestes du quotidien.

La visite de l'après-midi est celle du bol d'air. L'auxiliaire de vie aide Jean à enfiler ses chaussures orthopédiques, son bonnet et sa polaire. Il offre son bras et son épaule pour lui permettre de se tenir debout. Mickaël ouvre la porte et Jean respire le grand air. "Ce n'est pas ma roue de secours, c'est ma première roue. Sans lui, je ne suis rien".

Mon auxiliaire de vie, c'est d'abord de la présence et de la chaleur humaine. Je ne peux pas sortir tout seul de ma maison. Si on ne l'avait pas, qu'est que je ferais dans ma prison ? Voulez-vous me dire ?

Jean Pinget

Bénéficiaire de l'ADMR

Mickaël est un nouveau venu dans le métier après trente ans passés dans l'hôtellerie et la restauration. "J'ai commencé par hasard par le biais d'une formation et j'ai tout de suite accroché. On s'aperçoit que notre profession est un besoin vital pour les gens qu'on aide." L'avait-il perçu avant de commencer ? "Pas autant, c'est vrai..."

Le métier manque de bras

Il a très vite été recruté par l'ADMR du Molay-Littry qui est perpétuellement en recherche de personnel. L'association emploie une vingtaine d'auxiliaires de vie, mais deux à trois postes sont vacants. Le métier attire peu, quand il ne rebute pas. "C'est vrai que vu de l'extérieur, il y a l'idée qu'on est là pour faire la popote, le ménage et la toilette, admet Mickaël, mais c'est bien autre chose".

C'est un métier qui peut faire peur parce qu'on est confronté au vieillissement et au handicap. Vu de l'extérieur, on n'a pas toujours un bon œil sur ça.

Mickaël Kemmerer

Auxiliaire de vie (ADMR)

Pour tenter de changer cette perception, le Département du Calvados a choisi d'en passer par le spectacle. La plateforme Calvados Autonomie a demandé à la compagnie Ap'art thé de mettre en scène le travail des auxiliaires de vie et des aides-soignants qui œuvrent à domicile ou dans les Ehpad.

Une tournée a été montée pour présenter cette pièce de théâtre. Pendant une heure, des saynètes s'enchaînent, tantôt émouvantes, tantôt cocasses. Elles ne dissimulent rien du caractère parfois éprouvant de ces métiers. "Ça montre bien tout le poids qu'on porte dans une journée", dit par exemple une auxiliaire de vie qui assistait au spectacle à Bayeux.

Le théâtre pour montrer "l'humanité du métier"

"Ces métiers sont souvent considérés comme invisibles. C'est un travail social qui n'était pas reconnu comme tel. C'était vu comme un petit boulot, explique Muriel Le Petit qui dirige la plateforme Calvados Autonomie. La pièce de théâtre montre bien l'humanité de ces métiers." La pièce ne s'étend pas sur la faiblesse des rémunérations, notamment celle des auxiliaires de vie, mais elle insiste sur les possibilités d'évolution qui sont aujourd'hui proposées. 

La représentation est toujours suivie d'un débat. Dans les salles, des responsables d'établissements et des professionnels sont souvent émus par ce miroir qui leur est tendu. À Bayeux, ce soir du 8 novembre, Nathalie, "auxiliaire de vie depuis 20 ans", s'empare du micro.

Ce qui nous fait fonctionner, c'est l'empathie. Sans empathie, on ne pourrait pas toujours faire ce qu'on fait.

Nathalie

Auxiliaire de vie

Elle ajoute : "Notre métier est méconnu. Nous avons suivi des formations et nous faisons plein de choses autres que des tâches ménagères. Aujourd'hui, on est un peu mieux reconnus, mais ce serait bien aussi que les familles qui nous appellent ouvrent un peu les yeux et qu'elles nous considèrent autrement. L'empathie qu'on peut avoir pour les gens, parfois ce serait bien aussi qu'on nous la rende". C'est dit.ac

Théâtre-débat autour des métiers de l’autonomie :

Lundi 13 novembre :

  • Le Forum, Place de la République 14370 ARGENCES
  • Ouverture des portes 17h30, représentation 18h

 

Mardi 14 novembre :

  • La Fonderie, 1 Avenue du Haut Crépon, 14200 HEROUVILLE-SAINT-CLAIR
  • Ouverture des portes 16h30, représentation 17h

 

Mercredi 15 novembre :

  • Halle Michel Drucker, Rue des Halles, 14500 VIRE-NORMANDIE
  • Ouverture des portes 18h, représentation 18h30

 

Jeudi 16 novembre :

  • Salle Mosaïc, 13 Boulevard Pasteur 14100 LISIEUX
  • Ouverture des portes : 16h, représentation 16h30

 

Vendredi 17 novembre :

  • Petit Théâtre, Boulevard de Saint-Philbert 14510 HOULGATE
  • Ouverture des portes 17h30, représentation 18h

 

Samedi 18 novembre :

  • La Salle du Pavillon, Rue du Pavillon 14700 FALAISE
  • Ouverture des portes 15h, représentation 15h30

 

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité