Une brigade de gendarmerie unique en son genre pour lutter contre les décharges sauvages

Cette brigade pas comme les autres poursuit un but : rayer de la carte les décharges sauvages chez les professionnels et les particuliers. Ils sont quatre gendarmes dans ce groupe d’investigation sur les atteintes à l’environnement. L’expérimentation propre au Calvados dure depuis un an.

Pour cette brigade expérimentale pour lutter contre les décharges sauvages, l’année écoulée a été bien occupée : les gendarmes, basés à Caen (Calvados) ont constaté 265 infractions dans le département du Calvados en 2023.

Lutter contre les ordures déposées sans aucun respect 

Carcasses de voitures hors d’usages croulant sous la végétation, dépôts sauvages de matériels électroménagers, huiles de vidange et de boîte de vitesses qui polluent les sols. C’est à cela que s’attaque le groupe d’investigation sur les atteintes à l’environnement (GIAE) depuis un an.

Lors d’une opération à Norron-l’Abbaye, ils constatent chez un particulier la présence de centaines de pneus usagés empilés. "Cela constitue une infraction parmi de nombreuses autres, constate l’adjudant Olivier Montois. On a pu constater aussi la présence d’une douzaine de véhicules hors d’usage depuis plusieurs années, et qu’il va falloir évacuer. A priori, c’est l’un des fils du propriétaire qui faisait de la mécanique à domicile, et il a tout laissé sur place. Son père âgé est dans l’incapacité de tout nettoyer."

Au-delà de 10 véhicules considérés comme hors d’usage, on peut qualifier cette accumulation de casse. C’est au particulier de prendre les mesures pour débarrasser puis nettoyer son terrain.

On est là pour faire beaucoup d’accompagnement

Adjudant Olivier Montois

"Nous sommes là pour guider les gens et leur donner des solutions afin de régulariser la situation, précise-t-il. En général on est plutôt bien accueilli : les gens ont souvent conscience du problème, mais ont besoin d'être poussés pour en venir à bout", complète François Didius maréchal des logis chef au GIAE.

Entre trois et cinq ans de prison

Stocker de l'huile dans de mauvaises conditions, abandonner des déchets, ne pas avoir d'agrément ... Tous ces délits cumulés font risquer entre trois à cinq ans de prison et des milliers d'euros d'amende au propriétaire. 

Mieux protéger l’environnement, c’est bien le but de cette brigade, et ça passe aussi par la lutte contre l’enfouissement et le brûlage de déchets.

61% des Français ont été exposés en zone rurale à des dépôts sauvages, et 90% se sentent très concernés par la problématique selon une étude réalisée par Market Invest (Gestes Propres auprès de 1 027 personnes interrogées en juin 2019). 

La brigade est une réponse à la mauvaise gestion des déchets et au trafic international de pneumatiques notamment. 

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité