Vaccination-Covid: "J'ai cru devenir fou, ça m'a pris 3 heures!", comment bien prendre un rendez-vous pour les 18/49 ans

Les centres de vaccination restent ouverts tout ce long week-end de l'Ascension et les 18/49 ans sans comorbidité ont la possibilité de se faire vacciner, en veillant les créneaux qui se libèrent. Une tâche qui peut prendre plusieurs heures: accrochez-vous, on vous dit comment ça finit par marcher.

Ce jeudi 13 mai, beaucoup de jeunes étaient au Parc des expositions de Caen pour se faire vacciner contre la Covid19
Ce jeudi 13 mai, beaucoup de jeunes étaient au Parc des expositions de Caen pour se faire vacciner contre la Covid19 © Carole Lefrançois/France Télévisions

Depuis ce 12 mai, un nouveau motif de vaccination est apparu sur les plateformes de réservation pour la vaccination au pfizer ou Moderna (l'AstraZenecca étant particulièrement recommandé au plus de 55 ans): celui des 18/49 ans, avec des rendez-vous en moins de 24 heures. 

En effet, plus besoin d'attendre le 15 juin pour être éligible, tous les plus de 18 ans le sont désormais mais avec quelques conditions d'accès encore pour les 18/49 ans sans comorbidité. En clair, ils ne sont pas totalement prioritaires et doivent s'inscrire la veille pour le lendemain dans les créneaux qui n'auront pas été pris.

Ainsi dès ce 12 mai à 17 heures, Christophe la petite quarantaine tranquille, s'est branché sur l'application qui marche bien en ce moment : vitemadose-chronodose.
"Je pensais prendre quelques minutes pour valider ce rendez-vous mais j'ai cru devenir fou. J'allais péter un plomb à la fin, ça m'a pris trois heures avec une plateforme Keldoc qui visiblement buggait et aucune hotline n'est proposée."

On est carrément seul pour trouver une solution quand ça bug. Keldoc ne me proposait pas de deuxième rendez-vous. J'avais bien le premier mais je ne pouvais pas le valider sans avoir choisi la date du deuxième. Un truc dingue, impossible d'avancer, aucune date n'apparaissait dans le calendrier.

Christophe, 44 ans, candidat à la vaccination

"Je ne voulais pas piquer la place de quelqu'un plus prioritaire que moi"

Bien sûr, si christophe avait triché et choisi un autre motif de vaccination, il aurait peut-être pu débloquer le système. "Mais je voulais être dans les règles. Dans ma tête depuis le début, il est hors de question de piquer la place de quelqu'un vulnérable qui est plus prioritaire que moi. Mais c'est rageant d'être bloqué par un système informatique alors qu'il y a bien de la place. Cette histoire de deuxième rendez-vous peut, en plus, se régler sur place."

Après une heure sans succès, Christophe se décide à lire la FAQ de Keldoc, la "foire aux questions", qui regroupe tous les cas de figure difficiles. Mais rien sur ce problème. 

Enfin, Christophe trouve une réponse : se reporter sur Santé.fr mais le site le fera rebasculer vers Keldoc, un cercle infernal.

Le numéro vert ça marche très bien aussi

"J'ai alors appelé en désespoir de cause, le  0800 009 110, le numéro vert national pour la prise de rendez-vous. Certain que personne n'allait décrocher.Mais à ma grande surprise quelqu'un a vite répondu et résolu tous mes problèmes." Magique, la plateforme était saturée, les applications aussi mais le bon vieux coup de fil était donc possible.

"Une dame très agréable m'a expliqué qu'il y avait beaucoup de gens dans ma situation. Elle m'a très vite proposé un rendez-vous au Parc Expo à Caen ce 14 mai et un deuxième rendez-vous le 25 juin. Mes vacances aux Antilles sont peut-être sauvées !" Après avoir dû annuler ce voyage préparé de longue date l'an dernier pour cause de crise sanitaire, Christophe et son épouse espèrent bien se rendre là-bas, cet été, enfin. 

Ils auront tous les deux leur pass sanitaire cet été. Et ils ne sont pas les seuls à se précipiter dans les centres de vaccination ce week-end pour la même raison : retrouver la liberté de voyager.

Ils montrent leur attestation de rendez-vous, les jeunes trente ans et moins, sans comorbidité, ont pris rendez-vous rapidement pour être vaccinés contre la Covid19 et retrouver "une vie normale".
Ils montrent leur attestation de rendez-vous, les jeunes trente ans et moins, sans comorbidité, ont pris rendez-vous rapidement pour être vaccinés contre la Covid19 et retrouver "une vie normale". © Carole Lefrançois/France Télévisions

Je voudrais retrouver vite une vie normale de garçon de mon âge, voyager cet été en Europe pour retrouver des amis.

Loïc, 24 ans, sans comorbidité vacciné depuis ce 13 mai

Loïc veillait depuis plusieurs jours les créneaux su Keldoc.fr via Vite ma dose. "Je vais dire que je me suis battu pour réserver un rendez-vous. Dès que je voyais un créneau, le temps que je remplisse toutes les cases, il avait déjà disparu. Mais à force de repartir à zéro, ça finit par marcher." Il faut donc persévérer, ne rien lâcher. "Moi je viens de me faire vacciner pour protéger les autres et moi-même, reprendre une vie normale, un job étudiant et espérer partir en vacances cet été", précise Léa un peu plus loin dans le hall du vaccinodrome de Caen. Et à y regarder de plus près, c'est une certitude l'âge moyen des candidats a largement diminué, comparé à la semaine dernière. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société