Ces communes de Normandie aux noms trop longs pour la nouvelle carte d'identité

Plus petite, plus compacte, plus pratique. Si la nouvelle carte d'identité au "format carte bleue" est plus facile à ranger dans le portefeuille ou dans la poche, elle n'est en revanche pas assez grande pour accueillir les longs noms de communes. Problématique dans plusieurs villes de Normandie.

C'est une commune du Calvados forte en caractère, un peu trop même pour la nouvelle carte d'identité de la République française. Saint-Martin-de-Bienfaite-La-Cressonière, 36 lettres et 5 tirets qui en font le deuxième nom de ville le plus long de la région (le champion est à la fin de l'article). Située près d'Orbec, en plein coeur de la Normandie, le village n'entre pas dans les cases. "Il n'y a pas que sur la carte d'identité. Sur la plupart des formulaires en ligne, ça coince aussi" se désole la secrétaire de mairie, qui concède s'arrêter parfois à Saint-Martin-de-Bienfaite ou Saint-Martin-de-Bienfaite-La-Cress. 

Au conseil municipal, on parle de raccourcir le nom de la commune depuis quelques temps sur le ton de la plaisanterie, mais il va peut-être falloir qu'on le fasse réellement si ça continue. 

Christian de Meneval, maire de Saint-Martin-de-Bienfaite-la-Cressonnière

Peuplée de 480 habitants, ce village plein d'histoire du Pays d'Auge, avec ses deux châteaux et son église classés, est le résultat de la fusion de deux communes voisines. En 2011, Saint-Martin-de-Bienfaite et La Cressonière s'unissent. Pour le meilleur : "ça nous a permis de réaliser des projets que nous avions en commun", explique Christian de Meneval, le maire, et pour le pire puisque maintenant le nom ne rentre plus sur la nouvelle carte d'identité.

Les demandes de nouvelles cartes d'identité bloquées

Une habitante de la commune a fait sa demande le 18 mai, elle attend toujours sa carte. "Ce n'est pas un problème de formulaire, éclaire Anne-Sophie de la mairie de Livarot, commune la plus proche ayant la capacité de délivrer les documents d'identité. C'est à l'impression que ça pose problème. Les nouvelles cartes sont trop petites pour certains noms de communes. 29 caractères, c'est le maximum que peut accepter le nouveau document officiel. Si ça passe tout juste pour Saint-Georges des Groseillers (61), Saint-Jean-du-Corail-des-Bois (50) ou La Chapelle-du-Bois-Des-Faulx (27), ça bloque pour plusieurs communes normandes.

Quant à la résidente bienfaitoise, si elle n'a pas encore reçue sa CNI, son passeport, lui, est bien arrivé... avec le nom de sa commune en entier, "mais on a aussi eu le souci avec les villes de naissance, renchérit l'agent de mairie. Cela s'est produit avec une personne née à Saint-Germain-de-Montgomery. Pour ce cas-là, on a raccourci le nom".

Ecrire en abrégé, la solution ?

Abréger le nom de la ville de résidence pourrait être la solution. A Saint-Evroult-Notre-Dame-du-Bois, près de L'Aigle dans l'Orne, ça ne serait pas dérangeant. "On est un tout petit patelin avec un grand nom" résume dans un sourire Bruno Tasd'Homme, conseiller municipal. "On écrit bien souvent St-Evroult-ND-du-Bois, c'est moins long". C'est d'ailleurs ainsi qu'a été raccourci l'URL du site internet de la bourgade de 450 âmes. Passer de 32 caractères à seulement 20 serait suffisant pour annihiler le problème technique de la nouvelle carte d'identité. Cette solution a d'ailleurs été privilégiée par certaines préfectures, mais pas les nôtres. 

Le problème bientôt résolu

Toutefois, il existe des communes où la réduction du nom est quasi-irréalisable. Au Sud de Rouen, Les Authieux-sur-le-Port-Saint-Ouen se situent à la frontière entre la Seine-Maritime et L'Eure. Ses habitants subissent aussi la ségrégation anti-noms longs de la CNI nouvelle génération. "Pas mal de nos résidents sont dans ce cas-là, leurs demandes de cartes restent bloquées, regrette Mélanie, agent de mairie. On ne peut pas faire grand chose à notre niveau. On nous dit qu'une solution sera trouvée prochainement, qu'une correction sera bientôt faite sur le logiciel d'impression".

Avant la fin de l'année 2021 si l'on en croit l'Agence des titres sécurisés. En attendant, pour passer un examen comme le Code de la route où le permis de conduire, il reste possible de justifier de son identité avec un titre périmé de moins de cinq ans. Et si le problème peut inquiéter, voire irriter les habitants de la commune nouvelle de Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont, près de Vire, il doit doucement faire rire ceux de Ri ou de Sai, près d'Argentan, pour qui la taille du nom de la commune est davantage un privilège qu'un inconvénient. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région normandie société