Confiné : plutôt que les jours comptez les papillons, les cratères ou les vers de terre

S’occuper, faire autre chose, c’est notre soucis principal en cette période de confinement. Et si on profitait de cette période pour faire de la science participative ? On vous explique.
 
© www.publicdomainpictures.net

La science participative, c’est quoi ça ?

C’est un concept né dans les années 70 aux Etats Unis : il s’agit de faire participer le plus grand nombre de personnes qui aident à collecter, traiter des données.
 
Partager un peu de votre temps pour résoudre des problèmes.

Il est des domaines scientifiques où l’œil, la connaissance, l’intuition de l’humains sont supérieurs aux machines (et c’est rassurant). Différentes activités font appel à notre sens de l’observation, tout en enrichissant notre culture.

Dans notre région, l’association Relais d’sciences a pour but de diffuser la culture scientifique à travers des actions et des lieux parmi lesquels le Dôme.
C'est avec l'aide de Fr Millet, chargé de projet au Dôme, que nous vous présentons quelques projets scientifiques qui pourraient vous intéresser. 

Compter les cratères terrestres

© nasa

Et oui, il n’y a pas que sur la Lune ou Mars que l'on trouve des cratères.
Tous les ans la Terre reçoit environ 150 000 tonnes de météorites la plupart s’évaporent avant de toucher le sol, mais certaines vont plus loin et provoquent un impact.

Votre mission est donc de repérer sur des photos satellites des structures qui peuvent faire penser à un cratère d’impact. Rien ne sera définitif mais votre contribution permettra, éventuellement, d’aller sur le terrain et, qui sait, de trouver un morceau de météorite.

Si cette contribution ne demande pas d’être astronome, ou géologue, il faut néanmoins se familiariser avec la lecture de certains clichés. Mais en cette période de confinement, si vous avez le temps, et le loisir, vous pouvez vous exercer l’œil.
Dans notre région, le partenaire de cette opération est LUDIVER

L’opération Papillon

© Museum d'histoire naturelle
Depuis le 1er mars, le muséum d’histoire naturelle lance une nouvelle édition de l’opération Papillon.
Cette opération existe depuis 2006 et a pour but de compter les espèces présentes pour mesurer l’impact des activités humaines sur ces insectes.

Dans votre jardin, sur votre balcon, vous avez tout loisir pour observer, regarder…et rendre compte de vos observations.
 

Si vous avez un jardin, identifiez les vers de terre

 
© DR

Si pour vous cette affirmation est surprenante, c’est que l’on oublie trop souvent que la diversité animale commence sous nos pieds.

« Il faut apprendre à distinguer les vers de terre, ils ne se ressemblent pas tous ».

Soyons honnêtes, l’idée de passer un moment à admirer un vers de terre n’est pas spontanée tant ces animaux n’ont pas une très bonne réputation.

Mais là aussi vous pourrez regarder, changer votre regard et apprendre à distinguer ces animaux indispensables à la vie humaine (car sans vers de terre, il n'y a plus d'aération du sol, et la terre s'apauvrit)  qui se trouvent dans votre jardin.
Toutes les informations se trouvent là. 

D'autres choses à observer dans les jardin sur le site Vigie Nature. 
 

Vous pouvez aussi continuer à compter les oiseaux.


D’autres pistes si vous parlez anglais.

Le site ZOONIVERSE recense des centaines de projets auxquels vous pouvez participer.
Par exemple :
Distinguer les manchots adultes, les petits et repérer les oeufs.
Distinguer les manchots adultes, les petits et repérer les oeufs. © Zooniverse






 
LE DÔME
Le Dôme est un espace collaboratif d’innovation. Cet espace culturel propose des actions de culture scientifique autour de projets réels.
Le Dôme s’adresse aux jeunes adultes comme aux professionnels de la recherche, c’est également l’organisateur du TURFU FESTIVAL.
A l’heure actuelle, le Dôme est fermé mais vous pouvez suivre toute l’actualité sur le site internet ou sur le compte Twitter.

Pour faire fâce à l'épidémie de coronavirus, les équipes du Dôme se sont engagées pour aider à la production de visiéres protectrices pour le personnel soignant.

 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 société sciences région normandie