Confinement et solidarité : des annonces de cours gratuits sur Leboncoin... est-ce que ça marche ?

Depuis le début du confinement, les particuliers sont invités à proposer des services gratuits sur la plateforme avec le hashtag #lebongeste / © MAXPPP
Depuis le début du confinement, les particuliers sont invités à proposer des services gratuits sur la plateforme avec le hashtag #lebongeste / © MAXPPP

Ils sont étudiants, à la retraite ou en télétravail et proposent d'aider les parents qui galèrent durant cette période de confinement. Le plus beau, c'est que c'est gratuit. Pourtant, ils sont très peu à avoir été sollicités... Essayons de comprendre.

Par Anaïs Lebranchu

Françis a 48 ans. Il habite à Caen. Il y a une semaine, alors qu'il écoute RMC, il apprend que le site d'annonces commerciales Leboncoin invite les particuliers à proposer leurs services gratuitement pendant la période confinement.

"Il n'y a pas grand-chose à faire en ce moment" explique le magasinier cariste de formation qui aujourd'hui ne travaille plus, "Je sais que les méthodes d'enseignement ont évolué mais je me suis dit que ça pouvait être sympa". 

Je propose mes services en cette période difficile, je peux aider en anglais du primaire à la sixième, mais uniquement à distance

Voici ce qu'il écrit dans son annonce avant d'ajouter "#Lebongeste" dans le titre. Ce hashtag, créé par Leboncoin, permet de recenser toutes les annonces de ce type.
 
Les utilisateurs de Leboncoin ont reçu un mail au sujet du hashtag #lebongeste.
Les utilisateurs de Leboncoin ont reçu un mail au sujet du hashtag #lebongeste.
 

Une trentaine d'annonce en Basse-Normandie

Si la Haute-Normandie et la Basse-Normandie n'existent plus, le site internet lui n'est pas encore à jour. Pour répertorier les annonces des départements de l'Orne, de la Manche et du Calvados réunis : on clique sur "Basse-Normandie" et on tombe sur une trentaine d'annonces. 

Parmi elles, il y a celle de Tual, 44 ans, officier au port de Ouistreham.

"Ayant du temps libre, je propose bénévolement de rendre quelques services tels que faire des courses, aller à la pharmacie, promener un animal domestique, aider aux devoirs" détaille-t-il dans l'annonce, en rajoutant une condition non négociable : "dans le respect le plus strict des consignes gouvernementales".

Pourtant, comme Françis, il n'a reçu aucune demande depuis la publication. Ça fait déjà une semaine. Tual s'est fait une raison : "Je n'ai pas eu de retours donc je n'ai pas cherché à faire plus que ça".

C'est aussi le cas de Brigitte, ancienne institutrice, qui habite près d'Argentan. Pourtant, des cours gratuits d'une personne qualifiée devraient faire des heureux. Pas si simple que ça selon la retraitée. 

"Ça ne doit pas être évident pour les parents de reconnaître leurs difficultés"

Pour Brigitte, âgée de 62 ans, "les parents qui font appel à ce genre d'annonces sont ceux qui se trouvent en difficulté par rapport à ce que les enseignants proposent". Et bien souvent, ce ne sont pas les programmes du primaire qui posent souci.
 

Pour en être sûre, j'ai posé la question à certains de mes collègues qui partagent le confinement avec des enfants en bas âge.

"Je préfère m'occuper moi-même de la scolarité de mes filles même si c'est trop compliqué" explique l'un d'entre eux. "Les maitresses font un super travail, le programme est bien fait, clair, bien documenté et les retours sont réguliers". 

Un autre confirme : "les cours et exercices donnés par les enseignants et professeurs de mes 3 enfants sont suffisants et bien faits". Des propos soutenus par Brigitte :

On peut rendre hommage aux enseignants car ils sont en train de réinventer de nouvelles méthodes d'apprentissages dans l'urgence et dans l'ombre

Alors, c'est peut-être au-délà du primaire que cet apprentissage parental connaît ses limites. 

"À partir d'un certain niveau, on n'arrive plus à suivre"

C'est exactement la raison pour laquelle Marina, en pleine reconversion à 41 ans, propose ses services

Il y a des cours du lycée, et même du collège, qui sont assez poussés et des fois, les parents n'arrivent plus à suivre

De son côté, Marina a fait une formation littéraire et peut facilement aider en français "mais pas en philo ! J'ai jamais accroché" explique-t-elle en rigolant.

C'est aussi le principe de ces annonces bénévoles : chacun donne ce qu'il peut. "J'ai aussi de bonnes notions en math, physique et SVT" détaille-t-elle, "je suis quasiment bilingue en Anglais".

Marina non plus n'a eu aucun retour depuis la publication de son annonce. Pourtant, ce n'était pas faute d'avoir essayé de partager l'info...


Éviter le décrochage scolaire pour les familles en difficultés

Vous l'aurez compris : selon les témoignages recueillis pour cet article, ces cours gratuits proposés sur Leboncoin ne font pas un franc succès. Pourtant, ils pourraient être très utiles aux familles qui n'ont pas les moyens de payer des cours particuliers à leur enfant. 

"Je pense que les personnes les plus démunies peuvent avoir un décrochage scolaire" explique Arno, 19 ans, étudiant en première année de prépa, "Je souhaite, à ma petite échelle, aider les gens qui sont dans le besoin".
 

Le jeune homme propose du soutien scolaire aux étudiants de filière littéraire ou économique et sociale "et pourquoi pas aux collégiens" explique-t-il.
 

#Lebongeste, c'est aussi...

... des annonces de services divers comme faire les courses pour ses voisins ou sortir leur chien. Reste à savoir si ça marche ou pas... et surtout : pourquoi ?

Sur le même sujet

Les + Lus