Coronavirus en Normandie : “nous avons arrêté les dépistages systématiques”, confie l'ARS

La Normandie compte désormais 13 nouveaux cas. / © Maxppp
La Normandie compte désormais 13 nouveaux cas. / © Maxppp

Depuis le vendredi 28 février, 156 personnes ont été testées positives au COVID-19 en Normandie, dont 13 nouveaux cas le lundi 16 mars. Un décompte qui "n'a plus de sens" selon l'Agence Régionale de Santé Normandie.

Par Amandine Pointel

21 cas hospitalisés, 5 en réanimation

Depuis le début de l'épidémie, l'Agence Régionale de Santé Normandie réalise un point quotidien sur le coronavirus en Normandie. La région compte ce lundi 16 mars 156 cas confirmés, dont 13 nouveaux. 

21 personnes sont hospitalisées, dont 5 en réanimation.
 
Une personne hospitalisée au Centre Hospitalier d'Elbeuf est décédée le vendredi 6 mars. Il s'agit de l'unique décès lié au coronavirus en Normandie.
 
 

"Ce décompte n'a plus de sens aujourd'hui"

Si l'ARS continue de communiquer quotidiennement le nombre de cas en Normandie, "ce décompte n'a plus de sens" selon la directrice Christine Gardel. "Parce que ce ne sont que des cas confirmés biologiquement. En réalité, les 5 personnes en réanimation ne représentent que 5% de la totalité des patients covid-19."

"Nous avons arrêté tous les dépistages depuis vendredi (13 mars
)", poursuit la directrice de l'ARS. "On a surtout des cas très inquiets qui veulent être testés, il faut leur expliquer que ça ne sert à rien"
 

La Normandie pas encore au stade 3

Toujours selon l'ARS, "la région n'a pas encore atteint le stade épidémique, ni le stade 3". "Il faut 10 cas confirmés pour 100.000 habitants, nous n'y sommes pas".

Depuis, le Président Emmanuel Macron a annoncé 15 jours de confinement minimum. A compter de mardi 17 mars il sera possible de se déplacer uniquement avec autorisation pour :
  • faire le trajet domicile-travail lorsque le télétravail n'est pas possible
  • faire des achats de première nécessité dans les commerces de proximité autorisés
  • se rendre à un rendez-vous avec un professionnel de santé
  • faire de l'exercice physique uniquement à titre individuel autour de son domicile
  • se déplacer pour la garde des enfants et soutenir des personnes vulnérables

La région la plus touchée de France par le Covid-19 à ce jour est le Grand Est, avec 1378 cas positifs le dimanche 15 mars.
 


Une plateforme téléphonique pour être diagnostiqué

Dès mercredi matin, l'ARS étendra sa plateforme utilisée habituellement pour joindre un médecin généraliste de garde aux heures de fermeture des cabinets médicaux, pour tous les patients inquiets, suspectant d'avoir des symptômes du coronavirus. 
 

Il faudra donc désormais composer le 116 117, gratuitement, 24 heures sur 24, plutôt que son médecin généraliste ou le SAMU en cas de symptômes. "Il ne faut surtout pas appeler le 15, c’est pour les urgences vitales", rappelle Christine Gardel.

Au bout du fil, un médecin généraliste pourra faire une évaluation et estimer s'il est conseillé de rester chez soi ou s'il faut organiser une consultation. Des arrêts maladie pourront également être délivrés grâce à cette plateforme. "Le but est d'éviter d'encombrer les cabinets médicaux des médecins généralistes", précise l'ARS.

 



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus