Coronavirus : la Normandie pleure George Shenkle, figure des vétérans américains

De nombreux vétérans de la seconde guerre mondiale décèdent du coronavirus depuis quelques semaines, malheureusement, sans les hommages qu'ils méritent. Parmi eux, George Shenkle qui avait gardé un lien très fort avec la Normandie, et devait revenir pour les commémorations du 6 juin. 

© SEBASTIEN NOGIER/EPA/Newscom/MaxPPP
La mauvaise nouvelle est tombée dans la nuit du 9 au 10 avril. Le Covid-19 a eu raison de "la mascotte de nos vétérans", regrette Valérie Gautier Cardin, présidente de l'association "Retour des Vétérans en Normandie". Même par téléphone, son immense émotion est palpable.
 

C'était un personnage. Il essayait de perdre du poids pour reconquérir le coeur des petites françaises


George Shenkle avait 98 ans et "préparait déjà sa valise" pour venir assister aux cérémonies du débarquement en juin prochain, "c'était sa cure de jouvence, il m'avait même dit qu'il essayait de perdre du poids pour reconquérir le coeur des petites françaises..."

 
© DR

"Il avait été le premier à s'engager avec nous. Il aimait discuter avec les jeunes, partager sa mémoire." Et quelle mémoire ! 
Soldat parachutiste de la 82e Airborne, il avait sauté le Jour J, le 6 juin 1944, au-dessus du Cotentin.

L'an dernier, il témoignait encore auprès de nos confrères de France 2, avec des détails de récits impressionnants. Preuve que ses souvenirs de la bataille de Normandie étaient toujours très présents. Preuve aussi que l'homme était encore très solide, physiquement et mentalement.

 
Mon D-Day : le récit de George Shenkle


Un enterrement dans l'anonymat à cause du coronavirus

"Il ne méritait pas de partir comme ça. Sa famille, aux Etats-Unis, ne sait même pas si elle pourra assister aux obsèques à cause de ce virus." Valérie Gautier Cardin a juste réussi à avoir un contact avec la fille du vétéran, Becky.

"On est ensemble dans la souffrance, mais ils sont seuls, on est seul, on ne peut pas vraiment se réconforter. Je ne peux même pas envoyer de fleurs... C'est inhumain." Il faut dire que la Normande se sentait très proche de lui, après avoir été longtemps sa famille d'accueil.

 

Le vétéran américain George Shenkle et Valerie Gautier Cardin, de l'association "Retour des Vétérans en Normandie"
Le vétéran américain George Shenkle et Valerie Gautier Cardin, de l'association "Retour des Vétérans en Normandie" © DR


Avec les confinements de rigueur, les enterrements sont devenus très difficiles. Alors hors de question d'imaginer les rassemblements habituels pour les anciens soldats. "Après tout ce que les hommes comme lui ont fait, me dire qu'ils partent sans personne autour d'eux, ça fait mal."
 

Après tout ce que ces hommes ont fait, me dire qu'ils partent sans personne autour d'eux, ça fait mal
 


Même sentiment pour Marc Laurenceau, de l'association D-Day Overlord. "C'est frustrant, rageant. On accepte le fait que cette génération disparaisse, naturellement. Mais là, ils n'auront pas immédiatement tous les honneurs qu'ils méritent. C'est dans l'anonymat le plus total, à part les hommages sur le web, pour rappeler leurs vies."
 

Ils n'auront pas tous les honneurs qu'ils méritent


Il faut dire que depuis quelques semaines, c'est un flot continu de vétérans qui partent. "Ce ne sont pas des surhommes, mais quand même... J'avais pris l'habitude de le croiser, toujours avec son grand sourire. C'était une icône."

 

 

Un 76e anniversaire du débarquement en suspens

Avec tous ces vétérans fragiles, difficile d'imaginer pour l'instant un 6 juin 2020 très festif, comme c'est l'habitude chaque année en Normandie.
"On pense que ce sera annulé, mais on continue le programme" assure la présidente de l'association "Retour des Vétérans en Normandie". "Si on leur dit qu'on arrête tout, ça va les mettre au plus bas. Ce moment leur donne un tel espoir, une telle envie."

Et puis le départ de George Shenkel va laisser un grand vide. "C'était un patriarche, il en imposait par sa personnalité et son physique."
 

Il y a de très fortes chances que les forces étrangères déclinent le rendez-vous


Pour les Américaines et les Canadiens, la décision devrait être prise à la fin du mois d'avril, selon Marc Laurenceau. "D'après les échos que j'ai, il y a de très fortes chances que les forces étrangères déclinent le rendez-vous. Ca veut dire par exemple : pas de parachutage le 6 juin."

Un coup dur pour la Normandie à coup sûr, surtout après cette vague de disparitions. 
En attendant, la fille de George Shenkel a dit au revoir à son père avec un long poème (en anglais), avec un très touchant message pour cette région qu'il chérissait tant.
Nous vous l'avons traduit (ci-dessous), pour que chacun puisse en saisir toute l'émotion.
 


La Normandie pleure

La Normandie pleure, ils ont perdu un héros,
Un homme, que sa famille ne pouvait pas comprendre.
Mais alors, comment le pourrions-nous ?
Nous ne connaissons pas de héros.

Comment la Normandie peut-elle pleurer ?
Ils le connaissait à peine.
Mais peut-être qu'ils l'ont fait,
Et c'est nous qui n'avons pas réussi à voir.

Normandie, apprenez-nous à ouvrir les yeux
A la magnificence de la gratitude,
À l'humilité de briser la douleur.
Les larmes coulent, les cœurs s'ouvrent, les bras s'élargissent.
Embrasser ce que nous ne pouvons pas voir.

Nous, les Américains, sommes aveugles aux héros.
Parce que nous cachons notre souffrance.
La Normandie connaît la souffrance, puis la libération.
Ces héros les ont sauvés.

Ces héros sont revenus en Amérique,
et n'ont pas été compris.
Ils ont été oubliés,
et ce pays n'a jamais vu
ce que la Normandie a vu.
Ce pays n'a jamais ressenti ce que la Normandie a ressenti.
Ce pays n'a jamais ressenti du tout.

Nous avons tourné le dos aux héros
Les héros ont souffert en silence.
Les héros sont cachés,
Nous ne pouvons donc pas voir la souffrance.

Maintenant, les héros vont mourir,
alors que leurs corps se décomposent.
Pas oubliés, car ils n'ont jamais été vus
en tant que héros, juste des vieux.

Normandie, continue de pleurer, continue de pleurer pour le monde.
Le monde a besoin de larmes, nous devons ressentir la douleur.
Nous devons apprendre à quoi ressemble l'horreur,
Parce que vous n'avez pas oublié.

La Normandie, l'Eglise de Saint-Mère,
Vous honorez nos vétérans.
Vous les avez aidés à s'élever à nouveau vers le ciel,
Vous les avez élevés, et vous les avez tenus bien haut,
Pour que le monde puisse voir, ce que sont les héros.
Vous avez gardé vos cœurs et vos âmes pleins d'Amour.
Et avez montré au monde ce dont nous avons besoin.
Ne tournez pas le dos aux héros
Ne les idolâtrez pas, mais aimez-les simplement,
Et que l'énergie se lève pour que le monde entier puisse voir

Merci la Normandie, nous avons plus que jamais besoin de vous,
Alors qu'une nouvelle guerre mondiale s'engage.
Nous devons sauver l'humanité,
Et ne pas s'effondrer, s'échapper ou se durcir.
Que Dieu bénisse la Normandie et le monde,
Et surtout l'Amérique, car nous avons besoin
De la tendresse, la gratitude et l'Amour plus que jamais.
Nous vous aimons la Normandie !

Rebecca J. Shenkle Goff
4/11/2020


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cotentin coronavirus santé société débarquement dday culture histoire les commémorations du dday seconde guerre mondiale
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter