Coronavirus : les préfectures normandes organisent la mise à l'abri des plus vulnérables

© France 3 Normandie
© France 3 Normandie

Dans son allocution contre le coronavirus, le Président Emmanuel Macron avait insisté sur la nécessité de protéger les plus démunis, plus exposés que jamais à la contagion car sans possibilité de se mettre à l'abri. Les préfectures se mobilisent pour trouver des solutions d'hébergement.

Par Myriam Libert


Comment rester chez soi et se protéger lorsque l'on n'a pas d'endroit à soi ? 
Alors que la plupart d'entre nous avons trouvé un lieu pour se confiner, dans notre maison ou chez des amis, les sans abri n'ont pas cette possibilité.
Toute l'année, trouver un foyer d'accueil ou un lieu pour passer la nuit est déjà un parcours du combattant.
En ces temps d'épidémie, les lieux publics qui accueillent généralement les plus démunis sont fermés ou inaccessibles : c'est le cas des salles d'attente des hôpitaux ou des halls de gares.
 

Un abri pour tous

Dans son allocution télévisée du 16 mars dernier, le président Emmanuel Macron avait insisté sur le devoir de mettre à l'abri l'ensemble des concitoyens. 
"Pour les plus précaires, pour les plus démunis, pour les personnes isolées, nous ferons en sorte avec les grandes associations, avec aussi les collectivités locales et leurs services, qu'ils puissent être nourris, protégés, que les services que nous leurs devons soient assurés"

Le chef de l'état avait également demandé au ministre chargé du logement, la suspension des expulsions locatives jusqu'au 31 mai au lieu du 31 mars.
En application de ces orientations, les préfectures sont chargées de trouver de nouvelles solutions d'hébergement.

En Seine-Maritime, les services de l'état ont identifié des lieux à Rouen, Dieppe et Le Havre, notamment dans des hôtels, centres et auberges de jeunesse.
200 places sont ainsi disponibles et mobilisables très vite.


Maraude et aide alimentaire

Un certain nombre d'associations ont dû réduire le rythme de leurs activités, car le confinement concerne tout le monde y compris les bénévoles . 
Difficile aussi d'accueillir un public fragile sans masques ni gel hydroalcoolique dans des conditions de promiscuité insupportables dans un contexte épidémique.
Ce sont donc les services de l'état qui devront palier à toutes ces difficultés, notamment en renforçant les accueils de jours, les maraudes et les distributions d'aide alimentaire.
 

Centre d'isolement sanitaire

La préfecture de Seine-Maritime a également mis en place un "centre de desserrement", c'est à dire un centre d'isolement sanitaire dédié aux sans abri atteints par le coronavirus.
Le lieu sera en activité dès lundi 23 mars.

Sur le même sujet

Les + Lus