Coronavirus : savon ou gel hydroalcoolique, avec quoi se laver les mains ?

Un lavage de main au savon suffit-il pour se protéger de l'épidémie de coronavirus ? / © Sigrid Olsson / Maxppp
Un lavage de main au savon suffit-il pour se protéger de l'épidémie de coronavirus ? / © Sigrid Olsson / Maxppp

Depuis quelques jours et l’accélération de l’épidémie de coronavirus les gels hydroalcooliques sont devenus une denrée rare sur les étals des pharmacies de Caen. Sont-ils vraiment plus efficaces que le savon ? Une pharmacienne a répondu à nos questions.
 

Par J.S-S

Il est devenu le graal d’une quête qui se solde souvent par un échec. Une réalité dans le pays à laquelle n’échappe pas Caen, où bon nombre de pharmacies sont en rupture de stock de gels hydroalcooliques. Face à la pénurie et des stocks renouvelés difficilement, certaines pharmacies se lancent même dans la confection maison de ces gels. L'OMS a d'ailleurs communiqué une recette pour faire soi-même son gel hydroalcoolique.

Pourtant, une autre solution est prônée par les professionnels de santé et l’organisation mondialede la santé : un lavage des mains au savon. Alors si vous n’avez pas de gel hydroalcoolique, êtes-vous dans la panade ? Une pharmacienne de Caen répond à nos questions.
 

Pour se protéger au mieux de l’épidémie de coronavirus, faut-il privilégier un lavage des mains au savon ou avec un gel hydroalcoolique ?

"Les deux sont utiles. En soit, un bon lavage des mains c’est-à-dire un bon savon, un séchage efficace avec des torchons ou du sopalin suffit.
Bien sûr, ça ne veut pas simplement dire mettre un coup de savon, se laver les mains en trois secondes et terminé. Il faut suivre les recommandations de l’OMS, prendre le temps de nettoyer l’ensemble des mains et entre les doigts.
Après, quand on ne peut pas se laver les mains parce qu’on est en extérieur, qu’on a serré la main de quelqu’un, le gel est une bonne solution. Elle est nécessaire pour lutter contre les épidémies. Vous pouvez l’utiliser n’importe quand, après avoir fermé la porte de votre voiture, mangé un gâteau, bref si vous n’avez rien sous la main pour vous laver les mains au savon."

 

Les deux ont pourtant un fonctionnement différent…

 

"Pour être efficace le lavage au savon doit être minutieux. Un séchage imparfait et c’est la possibilité aux germes de revenir très vite.
Dans les hôpitaux, les chirurgiens se lavent les mains au savon. La différence, c’est que quand le lavage est bien fait, il enlève les particules sur les mains un certain temps là où le gel hydroalcoolique détruit les bactéries et toute la flore invisible. Cependant, certaines bactéries peuvent développer une plus grande résistance aux gels.
Ça arrive notamment en milieu hospitalier. "
 

Parce que la vérité vient parfois de la bouche des enfants, voici ci-dessous le Tuto de Jaujau, un tutoriel très bien fait pour apprendre à se laver les mains, proposé par les enfants de l'école Jean-Jaurès de Brignolles, dans le Var.

Tuto pour se laver les mains - enfants de CP école Jean Jaurès de Brignoles (Var) - player You Tube

Vous aurez remarqué bien sûr que ces enfants, dans leur grande sagesse, ferment le robinet d'eau pendant qu'ils se lavent les mains ! Et ils préconisent de se laver aussi les poignets. Bravo pour cette belle leçon d'hygiène !
 

Certains s’inquiètent que l’utilisation du gel hydroalcoolique provoque des irritations ou des sécheresses plus importantes que le savon ?

"Il n’y a pas de différences visibles entre les deux. Ils assèchent un peu les mains. Après selon les peaux, si vous faites facilement de l’eczéma ou non, ce sera plus ou moins important. Si vous discutez avec des gens qui travaillent à la plonge, ils vont vous dire qu’ils sont obligés de s’hydrater les mains avec une crème.
On travaille avec la logique de bénéfice risque. Entre attraper le coronavirus et avoir des mains sèches personnellement le choix est vite fait."


Le Premier Ministre du Royaume-Uni, Boris Jonhson, a également fait son choix pour lutter contre l'épidémie. Ce dernier a loué plusieurs fois les bienfaits du savon et d'un "lavage de main à l'eau chaude." Pour être certain qu'il soit assez long pour enlever tous les germes, le Premier Ministre, propose de chanter "deux fois joyeux anniversaire" avant de terminer le lavage. 
 

 


 

Trois choses que vous ne connaissez peut-être pas sur le savon

 

  • Vieux de plus de 4000 ans

S'il était bien différent dans sa composition à ceux que nous connaissons aujourd'hui, les premières traces de savon remontent à l'Antiquité. Les Sumériens, peuple de Mésopotamie, fabriquaient une pâte savonneuse à base de graisse et de carbonate de potassium. Une mixture, semblable à celle évoquée par les papyrus égyptien,s utilisée à l'époque pour lutter contre les maladies de peaux et blanchir les cheveux. Il faudra attendre le IIe siècle pour que les Romains commencent à l'utiliser pour se laver.  
 

  • Alep, lieu de révolution du savon

Celui que l'on considère comme le plus ancien savon encore utilisé aujourd'hui est apparu aux environs de 1000 ans avant J.C. au nord-ouest de la Syrie. Il s'agit du "savon d'Alep", considéré comme l'ancêtre du "savon de Marseille". Il est le résultat d'une association alors insolite mêlant huile d'olive, huile de baies de laurier et soude végétale. La recette serait arrivée en Europe et notamment à Marseille par le biais des croisés.
 

  • Les différents types de savon

Comme évoqué plus haut, il existe des savons à base de soude qui se matérialisent par des savons solides (ex : le savon d'Alep ou de Marseille) et des savons dits pâteux ou liquides ayant pour base la potasse (ex : le savon noir). Non seulement les bases des savons peuvent différer, mais les corps gras qu'on leur associe également. L'huile de palme et les graisses animales sont majoritairement présentes dans les savons industriels tandis que les savons artisanaux  ​​​​privilégient l'huile d'olive et de coco.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus