Covid-19 : le variant anglais représente près de 60% des cas positifs en Normandie

Comme chaque semaine, l'Agence Régionale de Santé de Normandie fait le point sur la situation épidémique dans la région. Au 2 mars, le taux d'incidence est à 171,8 pour 100 000 habitants. Le variant anglais représente 58,8% des cas testés positifs.

Le variant anglais représente désormais la majorité des cas positifs en Normandie.
Le variant anglais représente désormais la majorité des cas positifs en Normandie. © Maxppp

Le variant anglais circule fortement en Normandie. Dans un communiqué publié dans la soirée du mardi 2 mars 2021, l'Agence Régionale de Santé Normandie indique que sur la semaine du 22 au 28 février, les RT-PCR de criblage réalisées sur les cas positifs révèlent 58,8% de suspicion du variant anglais et 5,9% de suspicion du variant Sud-Africain ou Brésilien.

2 087 cas de variants

En tout, ce sont 2 087 cas de variants qui ont été identifiés sur cette période en Normandie. L'ARS Normandie rappelle que "tout test donnant lieu à un résultat positif fait désormais obligatoirement l’objet d’une RT-PCR de criblage en 2nde intention, afin de déterminer s’il s’agit d’une contamination par un variant."

Les opérations de tracing et d'isolement continuent d'être déclenchées dès réception du résultat du test de première intention. L’isolement est porté à 10 jours pour toute personne testée positive.

L’émergence des variants accroît le risque de contamination. Nous devons rester extrêmement vigilants, la stricte application quotidienne des gestes barrières reste primordiale pour lutter contre l’épidémie.

ARS Normandie, 2 mars 2021

Pour l'heure, les symptômes du variant anglais seraient les mêmes que lors d'une infection par le Sars-CoV-2 : fièvre, toux, perte du gout et de l'odorat, difficultés respiratoires, etc…

Une augmentation du taux d’incidence

Le taux d’incidence régional continue de progresser pour atteindre 171,8 (contre 150,7 le 23 février), soit une hausse de 21 points en une semaine. Cette tendance est particulièrement marquée dans les départements de l'Eure, l'Orne et de la Seine-Maritime qui enregistrent une augmentation comprise entre 30 et 45 points sur la même période.

Le taux d'incidence continue sa progression en Normandie.
Le taux d'incidence continue sa progression en Normandie. © ARS Normandie

1 221 persones hospitalisées

Au 28 février, le nombre de personnes hospitalisées est en légère baisse avec 1 221 personnes hospitalisées pour COVID-19 (contre 1 249 le 21 février) dont 121 en réanimation (contre 131 le 21 février).

Le nombre d'hospitalisations en légère baisse.
Le nombre d'hospitalisations en légère baisse. © France Télévisions

Des opérations de transferts de patients ont eu lieu mardi 2 mars vers la Normandie afin d’apporter un soutien aux établissements de santé des Hauts de France. 2 patients de l’hôpital de Dunkerque ont ainsi été héliportés et pris en charge en réanimation au Groupe Hospitalier du Havre.

Sites de dépistage éphémères en Normandie

Dans ce contexte de forte circulation du virus, plusieurs campagnes de dépistage sont organisée dans la région du 3 au 5 mars 2021, sans rendez-vous et sans ordonnce :

En Seine-Maritime :

Dans le Calvados :

Dans l'Eure :

Dans la Manche :

Dans l'Orne :

173 717 personnes vaccinées en Normandie

La campagne de vaccination se poursuit en Normandie avec au 1er mars 279 210 injections effectuées (173 717 primo injections et 105 493 secondes injections).

Depuis le 25 février, les médecins généralistes et spécialistes peuvent vacciner leurs patients de 50 à 64 ans atteints de comorbidités dans leurs cabinets médicaux. En Normandie, en 4 jours, près de 7 700 personnes éligibles et volontaires ont été vaccinées en ville (chiffre au 1er mars). La vaccination est désormais élargie aux patients de 65 à 74 ans dès lors qu’ils présentent des comorbidités avec facteurs de risques de formes graves de COVID. L’ensemble des patients de 50 à 74 ans présentant ces comorbidités est donc éligible à la vaccination.

Les professionnels de santé et les professionnels du secteur médico-social, les aides à domicile intervenant auprès de personnes âgées et handicapées vulnérables, les ambulanciers et les sapeurs-pompiers peuvent également se faire vacciner. Au total, depuis le lancement de la campagne de vaccination, 77818 injections ont été administrées aux professionnels de santé en Normandie (tous vaccins confondus).

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société