COVID- La galère des futurs époux :"un couple qui a déjà reporté deux fois a exigé de se marier tout de suite"

Lundi 28 septembre, les mariages devront se limiter à une jauge de 30 personnes. Depuis l'annonce, c'est la panique. Les services de l'état civil, organisateurs, loueurs de salles et futurs mariés voient une nouvelle fois leurs plans chamboulés.

photo d'illustration : "Les contraintes sont nombreuses, désormais pas plus de 30 personnes. Mais avec les mariés, les témoins et les parents, ils sont déjà 8 plus le service ça fait 11. Il ne reste pas beaucoup d'invités et je ne compte pas le photographe ou le DJ !"
photo d'illustration : "Les contraintes sont nombreuses, désormais pas plus de 30 personnes. Mais avec les mariés, les témoins et les parents, ils sont déjà 8 plus le service ça fait 11. Il ne reste pas beaucoup d'invités et je ne compte pas le photographe ou le DJ !" © Lucie Weeger/ Maxppp
Au service des mariages et de la vie civile de la mairie de Caen, on fait "au mieux" mais pas facile d'essuyer larmes et mauvaise humeur toute la journée : "On est submergés de coups de fils. Les gens veulent reporter leurs noces au printemps prochain mais ils veulent aussi avoir l'assurance que ce ne sera pas une nouvelle fois annulé. Comment leur répondre ? Il y a des tensions, et les gens nous bloquent des dates puis nous rappellent parce que leur salle ne sera pas libre ou la famille pas dispo. Et ça part dans tous les sens, il faut gérer", relativise un brin philosophe, Lydie Prellier-Bizouarne, directrice du service Vie civile et mariages à la mairie de Caen.

Il y a eu les reports du printemps dernier à la sortie du confinement et maintenant ceux de l'automne."On n'a déjà plus de place pour les week-end du mois d'août 2021, et juillet plus grand chose. Beaucoup vont devoir reporter non pas à l'été 2021 mais plutôt 2022."

Se marier est devenu un pari audacieux sur l'avenir, les baptêmes c'est pareil.
Et il va falloir continuer à s'armer de patience. Beaucoup pensaient le moment difficile du printemps derrière eux, mais c'était être optimiste. Beaucoup de couples et de familles sont à leur deuxième report de mariage depuis le mois de mars.
 

Un couple de caennais qui a déjà reporté deux fois a exigé de se marier tout de suite et sans attendre lundi 28 septembre début des restrictions. Il a fallu qu'on leur trouve une solution pour une cérémonie qui a eu lieu finalement ce vendredi 25 septembre 2020, à la mairie de Caen en 24 h. On est ravis de leur avoir fait plaisir car ils avaient déjà reporté deux fois et n'en pouvaient plus. Il fallait faire quelque chose pour eux.

Lydie Prellier-Bizouarne, mairie de Caen

Il faut dire que cela a été possible, aussi parce que les bans étaient publiés depuis longtemps (printemps 2020) et l'administratif prêt. Il faut généralement un mois de délai, pour toutes ces formalités. 
 

"Mes mariés du 3 octobre espèrent ne pas tout perdre, une autre mariée, à bout, s'est effondrée en pleurs"


Ce témoignage nous vient d'Ophélie Thorel, wedding planner et décoratrice de mariage, depuis 3 ans dans le Calvados. Elle est triste pour les couples avec qui elle travaille mais elle pourrait sincèrement, elle aussi, craquer et pleurer pour l'avenir de son activité. Son chiffre d'affaires est égal à zéro, désormais pour 2020. Dure réalité quand on est autoentrepreneur avec 3 ans d'activité. "Une saison commence en mars et s'arrête début décembre et je comptais sur les 3 derniers mariages prévus cet automne pour survivre jusqu'à la reprise, va falloir que je cherche des petits boulots dans tout et n'importe quoi,  pour manger. J'ai rien gagné cette année. L'hiver va être très compliqué pour moi."

 

Mes mariés du 3 octobre espèrent négocier un report au printemps avec les prestataires, le traiteur, etc. Je fais tout pour qu'ils ne perdent pas trop. A 15 jours du mariage, ils avaient versé tous les soldes. Un autre couple prévu mi-novembre est dans la colère. La future mariée a explosé en larmes quand je lui ai dit qu'il vaut mieux qu'elle reporte une deuxième fois. Elle ne veut plus entendre le mot mariage et fait une pause.

Ophélie Thorel, wedding planner à Mademoiselle Goodbye

Les sommes engagés dans ces mariages vont de 15 000 euros à 50 000 euros. Evidemment, c'est un gros sacrifice de tout reporter. "Quand vous avez versé 30% en arrhes, on n'est pas toujours certain de tout récupérer. Annuler contre leur gré c'est inenvisageable pour ces familles."

Depuis le printemps, en France, 80% des mariages ont été reportés à 2021. Tous ne pourront pas se tenir, et les derniers arrivés sont sur de longues listes d'attente. "C'est pour ça qu'on est déjà en train de réserver pour 2022."

Improviser, plus que jamais sera impossible pour de jeunes mariés fougueux. Depuis lundi soir et les annonces d'Olivier Véran, ministre de la Santé, rien ne va plus sur la planète Vénus. 

Des petits mariages avec toutes les précautions : l'atout des petites salles privées

Là aussi, la totalité des "beaux mariages" ont été reportés dès le printemps. Mais il reste des opportunités pour cette automne. Le Manoir d'Hastings à Bénouville, entre Caen et Ouistreham, pense sortir son épingle du jeu avec ses salles aux bonnes dimensions.
"On a des salles taillées pour trente convives et trois tables de dix. J'ai déjà disposé les tables de manière à faire respecter toutes les distances de sécurité. Masques, gel, sens de circulation, personnel préparé, tout est possible. La semaine dernière nous avons déjà eu un mariage à 30", explique Sandrine  Poudras, maîtresse des lieux. Pas question de badiner avec la sécurité des convives. Mais un mariage à trente c'est en fait pour la préfecture 30 personnes, serveurs et photographe compris. Il ne reste pas beaucoup de place pour les invités quand on a déjà compté ce petit monde là et les parents ou les témoins, plus les mariés. En 2020, on compte, même quand on aime !

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société famille