Deuil périnatal : Noémie témoigne du décès de son bébé pendant sa grossesse

Un espace pour se recueillir et rendre hommage à Lisa / © France 3 Normandie
Un espace pour se recueillir et rendre hommage à Lisa / © France 3 Normandie

Elle devait accueillir sa troisième fille au printemps dernier. Mais lors de son suivi de grossesse, cette maman a appris que son bébé n'avait pas de poumon. En cette journée de sensibilisation au deuil périnatal, Noémie nous a raconté l'histoire de Lisa.

Par Emmanuelle Partouche

Lisa est la troisième fille de Noémie. Elle aurait dû naître au printemps dernier et rejoindre ses deux soeurs aînées de 7 et 10 ans.

Les examens échographiques pratiqués au cours de la grossesse ont révélé l'absence de poumons chez le bébé, rendant sa vie impossible.

Noémie et son conjoint ont accepté de pratiquer une interruption médicale de grossesse, le 18 décembre 2017. 

10 mois après le décès de son bébé, Noémie souhaite désormais témoigner de ce qu'elle a vécu, en parler autour d'elle pour alerter sur ce deuil si particulier.
Emilie Leconte et Jérôme Bègue l'ont rencontrée.
 
Deuil périnatal : Noémie témoigne du décès de son bébé pendant sa grossesse

 

En France, 7000 familles confrontées chaque année à ce drame


Selon l'OMS, le deuil périnatal est celui des parents dont l’enfant meurt au cours de la grossesse ou dans les 7 jours qui suivent la naissance. 

En 2013, le rapport « Européristat » classait la France au rang le plus élevé en ce qui concerne le taux de mort périnatal

Chaque année, 7000 familles françaises sont confrontées à ce drame.

Les décès sont principalement des décès in utero souvent inexpliqués ou des décès à la suite d'une interruption médicale de grossesse. 

En France, l'IMG est possible jusqu'au terme de la grossesse. Elle est pratiquée après accord des parents et du corps médical lorsque :
  • la santé de la mère est gravement mise en danger par la poursuite de la grossesse (pathologie maternelle cancéreuse, cardiaque ou psychiatrique) 
  • le bébé est atteint d'une affection grave reconnue comme incurable au moment du diagnostic (malformation, anomalie chromosomique...).


Un rassemblement à Rouen

 
© France 3 Normandie / Jérôme Bègue
© France 3 Normandie / Jérôme Bègue


Quelques dizaines de parents endeuillés se sont réunis ce lundi 15 octobre à Rouen, place de l'Hôtel de Ville pour rendre hommage à leurs enfants partis trop tôt.

Plusieurs associations accompagnent ces parents en leur permettant notamment de s'exprimer sur des forums de discussion. En voici quelques unes :
Enfin, l'association Souvenange réunit des photographes qui partout en France interviennent à la maternité. Elle offre gratuitement aux parents qui le souhaitent des photographies de qualité professionnelle de leur bébé décédé.
 

Sur le même sujet

Tambours des dockers du Havre le 9 cotobre 2018

Les + Lus