Entreprises normandes cherchent candidats désespérément

© Florian Salesse /PQR LA MONTAGNE MAXPPP
© Florian Salesse /PQR LA MONTAGNE MAXPPP

Les intentions d’embauche en Normandie n’ont jamais été aussi élevées depuis 10 ans. La région se classe 2è région en terme de potentiels de recrutements mais, les entreprises peinent à trouver des candidats et il resterait 20 000 postes non pourvus aujourd’hui dans la région.

Par Franck Besnier & CG

Soudeurs, chaudronniers, mécaniciens auto, agents d’entretien, aide à domicilie....des centaines d’emplois sont à pourvoir en Normandie mais les patrons se heurtent à une pénurie de candidats qui les oblige à faire appel aux travailleurs immigés.
 
 

20 000 postes non pourvus en Normandie

Alors que le taux de chômage touche près de 9% de la population normande et même 20% chez les moins de 25 ans, c’est un paradoxe, 20 000 postes ne trouvent pas preneurs, obligeant certaines entreprises à refuser certains contrats. Selon une récente étude de pôle emploi en Normandie, plus de la moitié des offres concerne les secteurs du service aux particuliers et aux entreprises (52%). 
 
 
 

L’appel aux travailleurs immigrés dans le cadre d’une politique de  quotas

A Beuvron en Auge, depuis quelques semaines, deux jeunes maliens ont intégré les cuisines d'un retaurant, ils ont bénéficié d’une carte de séjour et de formations avec l’espoir de rester en France de manière durable. Des expériences comme celle-ci se multiplient avec des employés qui ne sont pas issus de l’Union Européenne. Le gouvernement a proposé d’instaurer un système de quotas d’immigrés par activité, une immigration économique accompagnée par les chefs d’entreprises.
 
 




Faut-il accepter un emploi à tout prix ?

La question des salaires est également une des raisons du manque de main d’œuvre dans certains secteurs comme le bâtiment, l’hôtellerie-restauration ou les services à la personne. « Il est plus confortable pour un demandeur d’emploi de toucher ses indemnités que de venir travailler » déplorent les patrons qui lancent une bouée à la mer « baisser le coût du travail, baisser les charges sociales patronales, redonner le sens du travail et valoriser les chefs d’entreprises qui prennent des risques » dit Bernard Stalter, président de CMA France, le réseau des Chambres des Métiers.
30% des entreprises artisanales n’arrivent pas à recruter alors que 8,5% de la population est sans emploi, selon les chiffres de la Chambre Nationale des Métiers.
 

La ritournelle des emplois non pourvus

Par Hadrien Clouet (CSO). Dimanche 16 septembre, interpellé par un horticulteur sans emploi, le président de la République Emmanuel Macron lui a répondu " je traverse la rue, je vous trouve un emploi ". Cette phrase relance un vieux mythe : les chômeurs sont responsables de leur propre chômage, car ils accompliraient trop peu d'efforts pour retrouver un emploi.

 



L’apprentissage cherche sa voie  ?

Avec 24 000 élèves répartis dans 68 centres de formations en Normandie, l’apprentissage est souvent présenté comme la solution aux problèmes de main d’œuvre. Depuis trois ans, le nombre d’apprentis a progressé à raison d’un millier par an et 70% des élèves ont trouvé un emploi en CDI à la sortie de leur formation. Mais ce bel élan pourrait être freiné avec la réforme de l’apprentissage qui prévoit de confier à partir de 2021 l’homologation des CFA à l'Etat en dépossédant les régions de leurs prérogatives, ce que dénonce Hervé Morin, le président de la Région Normandie qui craint « un système totalement centralisé contraire à la logique du monde moderne ».
 

A ce jour, certains métiers ne séduisent plus et ne sont plus occupés que par des travailleurs venus de l’Union Européenne qui bénficient des mêmes salaires que les Français avec une application des charges de leur pays, un dumping social que dénoncent les syndicats qui pour l’instant ont été très discrets sur le grand projet de demain que constitue "cette immigration économique choisie".

 

Dimanche en politique en débat


Pour aller plus loin dans la réflexion, Franck Besnier propose le débat à suivre ci-dessous, débat diffusé ce dimanche 1er décembre à 11h30 sur notre antenne. 
Dimanche en politique Entreprises normandes cherchent candidats - décembre 2019
Sur le plateau sont invités :
  • David Margueritte, Vice-président de la région en charge de la formation et de l'apprentissage (Les Républicains),
  • Agnès Firmin-Le Bodo, Députée de Seine-Maritime (UDI Agir) proche d’Edouard Philippe,
  • Jean-Denis Meslin, Président de la chambre régionale des métiers,
  • Sarah Leroyer, Médaillée d’or aux olympiades des métiers 2018.
Vous entendrez les représentants de 2 filières qui recrutent dans la région :
  • Philippe Eudeline, Président de Normandie AeroEspace qui interviendra pour le secteur aéronautique
  • Dimitri Rogoff, Président du Comité régional des pêches qui interviendra pour l'ostréiculture

Vous êtes interessé.ée par un emploi dans l'un de ces secteurs ? Appelez :
la section conchylicole de Normandie au :  02 33 76 80 40
Normandie Aérospace au :  02 32 80 88 00

 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus