Des agriculteurs de l'Eure allument des “feux de la colère”

Ala sortie d'Evreux, au rond-point du Breuil mercredi soir, le début des "feux de la colère" / © Myriam Libert
Ala sortie d'Evreux, au rond-point du Breuil mercredi soir, le début des "feux de la colère" / © Myriam Libert

La FNSEA de l'Eure et les Jeunes Agriculteurs se mobilisent contre l'instauration possible de zones de non traitements aux pesticides. Ils allument des feux ce mercredi soir et jeudi 26 septembre de 20 à 23 heures au bord de routes. Ils ne veulent pas être considérés comme "coupables."

Par Sylvie Callier


Le mouvement des "feux de la colère" a débuté dans les Hauts-de-France et en Ile de France.  Le syndicat de la FNSEA a lancé l'appel. Des agriculteurs de l'Eure et de Seine-Maritime (5 feux jeudi soir) vont alerter élus et habitants sur ce qu'ils vivent comme un acharnement.
 

Dans un contexte d'agribashing permanent, le projet de zones de non traitement (ZNT) riverains décidé par le Gouvernement est l'ultime provocation" 

La tension est forte dans les campagnes, puisqu'une partie de la société remet en cause un pan entier de son patrimoine 


(FNSEA de l'Eure)
 
Une trentaine d'agriculteurs se sont installés vers 20 heures à la sortie d'Evreux, route de pacy, au rond point du Breuil.
 
© Myriam Libert
© Myriam Libert


Des cartes de bon voisinage, des traitements nocturnes plutôt que des bandes de terre inexploitables 

De nombreux maires ont signé des arrêtés municipaux contre la vaporisation de pesticides à la lisière des champs près des habitations, sentiers de promenade. Il s'agit de protéger les habitants des effets nuisibles sur la santé. Le gouvernement a décidé de fixer des "distances nationales minimales à respecter entre les zones d’épandage et les zones d’habitation." 

Une consultation publique est ouverte. La FNSEA incite les agriculteurs à y participer "pour dire non, on ne veut pas de notions de distance", a expliqué Damien Griffin, président de la FNSEA grand bassin parisien à l'AFP.  La FNSEA de l'Eure a écrit à tous les maires du département pour "échanger localement sur les pratiques agricoles et les mesures qui pourraient être envisagées pour informer les habitants"
 

 L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses)" recommande la mise en place de distances minimales entre les habitations et les zones de traitement des cultures par des produits phytosanitaires, en fonction des cultures, des matériels de pulvérisation utilisés "

 
 

"Laissez-nous traiter nos champs", les agriculteurs normands proposent de traiter la nuit

Alors que les "feux de la colère" s'allument un peu partout en France, les agriculteurs affiliés à la FRSEA et aux JA ont convié la presse à Caen pour leur faire part de leur malaise et leur expliquer pourquoi ils s'opposent aux zones de non-traitement phytosanitaires.

A lire aussi

Sur le même sujet

Manifestation de soutien au Squat du Marais

Les + Lus