Collège Jean Jaurès à Evreux : le personnel en grève après des tirs de mortiers

Des mortiers d’artifice ont été tirés en direction du collège Jean Jaurès à Evreux vendredi 28 mai 2021. Depuis, le personnel a exercé son droit de retrait.

Le personnel du collège Jean Jaurès d'Evreux (Eure) est en grève après des tirs de mortiers survenus sur l'établissement le vendredi 28 mai 2021.
Le personnel du collège Jean Jaurès d'Evreux (Eure) est en grève après des tirs de mortiers survenus sur l'établissement le vendredi 28 mai 2021. © FTV/Magali Nicolin

Les faits se sont donc déroulés vendredi 28 mai 2021 vers 17h à la sortie des cours. Le collège Jean Jaurès d’Evreux (Eure) a été la cible de tirs de mortiers.

 

© FTV/Eric Lombaert

Selon les premiers éléments de l’enquête, ce sont trois assistants d’éducation et la principale adjointe qui étaient pris pour cible. Au total, 4 tirs de mortiers d’artifices ont été effectués. Les auteurs ont pris la fuite. Des vidéos et des photos ont été prises pendant cette attaque et remis aux policiers pour leur enquête.

Aucune victime n’est à déplorer mais des dégâts matériels sont relevés notamment sur les vitres et les portes des bâtiments.

Un manque de moyens dénoncé depuis des mois

Ce collège est situé au centre-ville d’Evreux, rue de la justice et accueille 720 élèves. Selon les syndicats, "on a franchi un cap dans la tension qui règne depuis plusieurs temps dans l’établissement". Depuis plusieurs mois, des moyens supplémentaires sont réclamés. En 2018, lors de la fermeture du collège Pablo Neruda, les élèves ont été répartis dans les autres établissements scolaires de la ville. Cette augmentation d’effectifs n’aurait (selon les syndicats) pas été accompagnée d’attribution de personnel supplémentaire pour le collège Jean Jaurès.

Face à cette scène qualifiée de « guerilla urbaine », les syndicats demandent à l’inspecteur d’académie l’affectation immédiate de surveillants supplementaires et une baisse d’effectifs par classe.

Cela fait plusieurs mois que les syndicats du collège Jean Jaurès d'Evreux réclament plus de moyens.
Cela fait plusieurs mois que les syndicats du collège Jean Jaurès d'Evreux réclament plus de moyens. © FTV/Magali Nicolin

La réponse de l’inspection académique

L’inspection académique a immédiatement été prévenue par le principal du collège : « Nous avons mis en place un accompagnement auprès de la communauté éducative qui est traumatisée. L’inspecteur académique s’est rendu lundi 31 mai au collège pour parler aux enseignants et au personnel. Une psychologue du travail a également accompagné les personnels. On ne va pas en rester là, jusqu’à la fin de l’année scolaire (mardi 6 juillet) on va laisser des moyens supplémentaires en terme de CPE, d’équipe mobile de sécurité. On est toujours dans l’écoute, dans l’accompagnement pour pouvoir aider une communauté éducative ».

L'inspecteur académique adjoint a précisé que le collège disposait de 3 CPE dont une qui n’était qu’à mi-temps. Depuis cet évènement, cette personne est à temps plein et 2 voire 3 surveillants spécialisés au total seront embauchés pour assurer un renfort.

Dès la rentrée de 2017, au moment de la ventilation des effectifs du collège Pablo Neruda, l’inspection académique a doté de moyens supplémentaires les collèges accueillant des élèves supplémentaires.

Dominique Leporati, inspecteur académique adjoint.

Rassemblés devant le collège, les enseignants et personnels ne semblaient pas satisfaits des réponses apportées par l'inspection académique et la grève se poursuit au moins jusqu'au mercredi 2 juin 2021.

Mme Ouarti, professeur de lettres classiques estime que : "les réponses de l'inspection académique sont très nettement insuffisantes d'où notre présence aujourd'hui. Elles dépassent le fait factuel qui est tout à fait condamnable et regrettable mais c'est aussi pour cela que d'autres collèges se sont joints, d'un point de vue solidaire mais aussi parce que ça traduit des difficultés de dotation horaire, de poste, de moyens d'encadrement. On fait face à des violences régulières dans l'établissement. On assiste depuis quelques années à une dégradation. On a alerté l'inspection académique dès le mois d'octobre et nous n'avions pas eu de réponses à nos demandes. La seule réponse qui nous a été faite était de nous ajouter une classe l'an prochain."

Les syndicats FO et CGT ont lancé un appel à tous les établissements du département de l'Eure pour un rassemblement devant l'inspection académique mercredi 9 juin 2021 afin de "demander des moyens supplementaires pour enseigner sereinement et avoir les conditions de sécurité nécessaires dans chaque établissement".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société faits divers polémique