Coronavirus : Parville, près d'Evreux, retrouve le goût du pain grâce à une bonne idée

A Parville, petit village de 300 habitants à coté d'Evreux, l'absence historique de commerces compliquait sérieusement la vie en ces temps de confinement . Pour y remédier, un de ces administrés, également boulanger à Evreux a donc proposé de livrer son pain trois fois par semaine, sur place.  
© France 3 Normandie
Des dizaines de baguettes de pain alignées dans des cartons dans une cour d'école, l'évenement a de quoi surprendre, d'autant qu'il se reproduit en ce moment trois fois par semaine à Parville dans l'Eure !

La secrétaire de mairie s'est ainsi transformée en vendeuse de boulangerie. Et c'est un élu de la commune qui tient la caisse. 

Pourtant, cela fait des années que ce petit village de 300 âmes n'abrite plus de commerces sur son territoire.

Alors, par solidarité, en ces temps confinés, un des habitants a eu une bonne idée. Un citoyen qui tient une boulangerie sur Evreux, qui a généreusement proposé de livrer son pain au village. 

Pour Philippe Lebarbier, les avantages sont nombreux :

"ça évite des déplacements et comme ça, les gens restent confinés chez eux. Et pour moi, c'est un lèger plus en cette période très compliquée pour mon activité. "


Du lien social

Du coup, pour soutenir cette démarche solidaire, la mairie a donc naturellement décidé de prendre en charge la distribution du pain fourni, dans le respect des règles sanitaires. 

Mais ce procédé inédit permet aussi de préserver un peu de lien social et de conserver par la même occasion de bonnes relations entre le maire et ses administrés. 

Pour Georges Senkewitch, maire de Parville, 

"C'est un peu comme une permanence municipale en plein air, en fin de compte ! "

Certains habitants, séduits par cette bonne intiative, plaident maintenant pour que cette expérience puisse se prolonger dans le temps, bien après le confinement.  
 
Parville retrouve le goût du pain quotidien ©France 3 Normandie
VIDEO : le reportage de Myriam Libert et Eric Lombaert (montage : Justine Giet) 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société consommation économie