Un maître-nageur condamné à 20 ans de prison pour viols et agressions sexuelles par les assises de l'Eure

Dominique H. 52 ans, condamné à 20 de réclusion criminelle et 10 ans de suivi social judiciaire le 15 novembre 2019 par la cour d'assises de l'Eure pour viols et agressions sexuelles sur mineurs commis entre 1994 et 2011 alors qu'il était maître nageur dans l'Eure.

Evreux le 8 novembre 2019 : Dominique Hébert jugé par  la cour d'Assises de l'Eure
Evreux le 8 novembre 2019 : Dominique Hébert jugé par la cour d'Assises de l'Eure © France 3 Normandie et dessin : Mathias Poisnel
A l'issue de sept heures de délibération en raison du grand nombre de victimes (23 au total),  Dominique H. a été condamné à 20 ans de réclusion criminelle et 10 ans de suivi social judiciaire, accompagnés d'une injonction de soins, et d'une interdiction d'activités avec des mineurs, le 15 novembre 2019.

L'accusé a été interpellé et placé en détention provisoire il y a 4 ans, en décembre 2015, quelques mois après une première plainte par un ancien nageur.
Dominique H. est alors maître-nageur de la piscine de Pont-St-Pierre, une commune de l'Eure, située à l'ouest de Tourville-la-Rivière. L'homme s'occupe également du club de natation en tant qu'entraîneur. 

Quelques minutes après l'énoncé du verdict, une salve d'applaudissements a retenti dans le tribunal. Certaines victimes, comme Morgan, qui ne s'étaient jamais exprimées ont souhaité nous confier leur témoignage. Pour la première fois sans dissimuler leur identité pour que la honte ne soit plus de leur côté mais du côté de l'accusé. 

Voyez le témoignage de Morgan réalisés par Véronique Arnould et Bruno Belamri. (montage : Stéphanie Letournel)
 
TEMOIGNAGE : Morgan, victime de Dominique H.
 
Nicolas, lui, s'était déjà exprimé mais avec cette peine, il a le sentiment de vivre un moment historique.
 
TEMOIGNAGE : Nicolas, victime de Dominique H.

 

L'enquête va permettre de préciser les faits et le nombre de jeunes victimes


Une vingtaine d'anciens nageurs se sont portés partie-civile, si certains l'ont fait d'eux-mêmes, l'accusé a également donné quelques noms. Selon son avocate, Me Arielle Le Guedes, il reconnait les faits et a contribué à l'avancée de l'enquête durant l'instruction.

Les faits reprochés se seraient produits entre 1994 et 2011. Lorsqu'ils commencent, le maître-nageur est alors âgé de 27 ans, proche de ses jeunes élèves, il les côtoie beaucoup et notamment lors de stages ou de déplacements sportifs.

Plaidoiries des parties civiles, vendredi 15 novembre

On est frappé par l'honnêteté de ces jeunes hommes et leur énorme souffrance vingt ans après

 
Procès d'un maitre-nageur à Evreux : les plaidoieries des parties civiles
 

Témoignages des victimes, mardi 12 novembre

Toute cette colère, c'était ce petit garçon de 7 ans qui pendant des années n'a pas pu parler

Procès d'un maitre-nageur : Le témoignage des victimes mardi 12 novembre


Vendredi 8 novembre : premier jour du procès d'assises

L'accusé utilise un mode opératoire classique chez les pédophiles, pour gagner la confiance d'un enfant en proposant des jeux, une liberté totale qu'il n'y a pas dans le foyer parental et il amène l'enfant vers des actes sexuels

Evreux : premier jour du procès d'un maitre-nageur accusé de pédophilie

 

Le contexte de ces agressions et viols ? C'est par exemple lors de stages au ski, il avait une relation de camaderie avec ces élèves, les jeunes venaient également chez lui - Me Le Guedès

Ces agressions se faisaient sur un mode copain, c'est ça qui est difficile à gérer, le ressort utilisé n'était pas la peur, sinon les enfants auraient surement prévenu leurs parents, c'était plus insidieux - Me Emmanuelle Bourdon, avocate de Parties Civiles.

L'enquête de personnalité a montré que l'éducateur sportif était très apprécié, voire idolâtré par certains enfants.

"C'est en lisant un article dans la presse que ça lui a fait un flash back..."

Les victimes étaient âgées de 10 à 15 ans au moment des faits, ce sont de jeunes élèves qui suivaient des cours au club de l'Andelle Natation.  

Certains d'entre eux se sont portés partie civile après l'arrestation du maitre-nageur. C'est le cas d'une jeune homme, aujourd'hui âgé d'une vingtaine d'années.

Il avait occulté totalement, c'est en lisant un article dans la presse que ça lui a fait un flash back, très douloureux et traumatisant. Il est dans une notion de déni, il avait 12-13 ans. C'est difficile pour lui de réappréhender tout ça, tout ce qu'il avait occulté. Beaucoup de difficultés dans sa vie sont liés à ces événements - Me Bourdon.

L'accusé encourt une peine de 20 ans de prison

Selon la défense, l'accusé reconnait la gravité des faits, il aurait de lui-même mis fin à ses agissements en 2011. Pour s'en expliquer il met en avant son immaturité à l'époque et son homosexualité non-assumée. 

C'est quelqu'un d'adulte, il avait alors 27 ans, mais en même temps, c'est quelqu'un de très immature, les élèves avaient entre 10 et 15 ans, il se sentait comme un jeune avec eux. Il attend ce procès avec appréhension mais c'est une étape nécessaire, il va s'expliquer, les plaignants en ont besoin pour l'avenir - Me Le Guedes. 

Le procès va durer jusqu'au vendredi 15 novembre, l'accusé encourt une peine de 20 ans de réclusion criminelle.
 

"Aujourd’hui je me rends compte que j’ai fait beaucoup de mal à ces jeunes"


A l'audience, l'ancien maitre nageur, s'est exprimé : "ce dont j'aurais voulu c'est une vie de famille normale avec une femme et des enfants. Mais c’était impossible." 

Je ne pensais pas avoir fait du mal à ces enfants mais avoir fait quelque chose de mal... Aujourd’hui je me rends compte que j’ai fait beaucoup de mal à ces jeunes. - L'accusé.

Pour le gendarme chargé de l'enquête, les affirmations d'attouchements sexuels, de viols, de fellations et de masturbations commis par l’accusé ont été relayées par plusieurs victimes. Les plus jeunes d'entres elles avaient entre 7 et 8 ans à l'époque des faits.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société