Le masque inclusif : un outil devenu indispensable

En France, 4 millions de personnes souffrent d’un déficit auditif. Pour eux comme pour les personnes atteints de troubles autistiques, le port du masque imposé au quotidien se révèle être un véritable calvaire.
 
Le masque inclusif permet de lire sur les lèvres.
Le masque inclusif permet de lire sur les lèvres. © France Televisions
A 9 ans, Léo est atteint de troubles du spectre autistique. Une maladie qui le handicape fortement. Par exemple, le jeune garçon ne tolère pas le contact du tissu sur sa peau. Ainsi, depuis l’obligation fixée par les pouvoirs publics de porter un masque en tous lieux dans le département de l’Eure, un nouveau problème est venu s’ajouter à son quotidien. « C’est un enfant complexe qui a de multiples troubles cognitifs. De plus, il est asthmatique et il lui arrive de beaucoup baver. Le port du masque en tissu est pour lui une véritable épreuve », explique Pamela Jonquais, la mère de Léo.

Des masques transparents
Pour Léo comme pour d’autres personnes porteuses de handicap, une solution existe. A Evreux, des masques inclusifs sont fabriqués par les petites mains de l’Association des paralysés de France (APF France Handicap). Fabriqués à partir de PVC, il s’agit de masques transparents qui ne touchent pas la bouche et permettent de lire sur les lèvres.
 
VIDEO 29/07 A Evreux, l'association des paralysés de France fabriquent des masques inclusifs pour malentendants. Reportage E. Laperdrix et E. Lombaert / France Télévisions
« Cela concerne les personnes touchée par un trouble autistique et celles malentendantes mais ce n’est pas tout. Il faut aussi penser aux commerçants, aux restaurateurs ou encore aux professionnels de l’audition qui ont besoin de ces masques pour communiquer avec ces personnes », souligne Francine Maragliano, adjointe délégué au handicap à la mairie d’Evreux.

Au « Centre d’audition mutualiste », un laboratoire d’audioprothèse situé à Evreux, 250 personnes malentendantes sont traitées chaque année. Depuis peu, le masque inclusif est devenu la règle pour Marie-Laure Leroy audioprothésiste et son assistante Véronique Millet.
 

Le port du masque me pose de sérieux problème car je dois faire répéter mes interlocuteurs plusieurs fois, ce qui souvent les agace. »

Patrick Maulion, patient du « Centre d’audition mutualiste. »

VIDEO - 12/11/2020 - Des masques transparents pour faciliter les échanges - Reportage : Frédéric Lafond et Eric Lombaert (Montage : Joffrey Ledoyen)
En effet, les masques traditionnels diminuent certaines fréquences de la voix ce qui implique une mauvaise compréhension. En théorie, face à cette problématique, beaucoup de personnes malentendantes s’aident de la lecture labiale [le mouvement des lèvres NDLR] pour comprendre leur interlocuteur. Un réflexe devenu impossible avec le port du masque. « On a d’ailleurs vu des patients venir faire des dépistages car ils se sont rendus compte qu’ils avaient du mal à comprendre les personnes masquées de leur entourage. », note l’audioprothésiste. Lorsqu’elle portait un masque traditionnel, ses patients lui demandaient très souvent de répéter. Une fatigue pour tout le monde qui peut dorénavant être évitée grâce au masque inclusif.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société