Val de Reuil : l’ex-leader de la Ligue de défense noire africaine en garde à vue

Il a été interpellé dans le cadre de l’enquête sur les incidents qui se sont déroulés à la mairie de Val-de-Reuil le 11 septembre dernier. Des élus avaient été malmenés en marge d'une cérémonie de mariage.

L'enquête sur l’intrusion d’un groupe de militants dans la mairie de Val-de-Reuil le 11 septembre dernier a conduit ce mardi à l’arrestation et au placement en garde à vue de quatre personnes dont un homme, considéré comme le leader de la Ligue de défense noire africaine. Le parquet d’Evreux avait ouvert une procédure sur des qualifications de “violences sur personne dépositaire de l’autorité publique”. 

Le samedi 11 septembre dernier, plusieurs individus s'étaient introduits de force dans la mairie de Val-de-Reuil, malmenant une élue présente sur place et interrompant un mariage en train d’être célébré. 

Le maire (PS) de Val-de-Reuil Marc-Antoine Jamet avait ensuite été enfariné  sur le parvis de la mairie. 

Cette action faisait suite à une semaine de tensions au sein de la commune provoquées par une bagarre impliquant deux adolescents.

Procédure de dissolution

A la suite de cet évènement le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait engagé le 13 septembre une procédure de dissolution de la LDNA.

La Ligue de défense noire africaine est une organisation qui revendique la lutte contre le racisme anti-noir et pour le pan-africanisme. 

Dans un communiqué publié ce mardi sur son site, la LDNA, bien que dissoute, appelle à la libération de son ex -leader et parle de “ chasse à l’homme “ ainsi que de “croisade” menée par Gérald Darmanin. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société