Interdiction de baignade dans plusieurs communes de la Seine-Maritime et de l'Eure

L'Agence Régionale de Santé de Normandie a constaté des seuils importants de cyanobactéries dans les lacs et mers de Seine-Maritime et de l'Eure. Ces algues vertes dangereuses pour l'homme obligent les autorités à prendre des mesures sanitaires.

La baignade est interdite depuis le 31 juillet 2020 dans l'Etang de la Noé à la Bonneville-sur-Iton (Eure), après la découverte de la présence d'une bactérie dans l'eau.
La baignade est interdite depuis le 31 juillet 2020 dans l'Etang de la Noé à la Bonneville-sur-Iton (Eure), après la découverte de la présence d'une bactérie dans l'eau. © Google Street View / 2020 Google

Suite à la découverte de cyanobactéries, également appelées "algues bleues" ou "algues vertes", dans plusieurs communes de la Seine-Maritime et de l'Eure, l'Agence Régionale de Santé de Normandie a pris la décision d'interdire la baignade dans certaines d'entre elles. Sont concernées : Brionne (Eure), Vittefleur (Seine-Maritime) et Léry-Poses (Eure). Par conséquent, la base de loisirs de Léry-Poses a dû aménager ses activités.

 

Prolifération d'algues vertes dans la base de loisirs de Léry-Poses. Reportage France Télévisions
Le téléski nautique ainsi que le pédalo-paddle sont encore possibles, car ses activités ne se pratiquent pas sur la plage, mais la baignade est en revanche interdite. Un manque à gagner pour la base de loisirs car l'interdiction de se baigner dissuade. 
 

C’est dommage car les conditions de température sont optimales pour se rafraîchir !

Valérie Petit, responsable de la base de loisirs de Lery-Poses

Si des cas ont été signalés dans la commune de Mesnils-sous-Jumièges (Seine-Maritime), la baignade n'y est en revanche pas interdite. 

Le 31 juillet dernier, c'était la base de loisirs de la Bonneville-sur-Iton dans l'Eure qui avait fermé. 

Des algues imprévisibles

Les cyanobactéries fixent par photosynthèse le carbone du dioxyde de carbone et libèrent du dioxygène et des toxines.

"On ne peut pas prévenir le moment où elles vont se former" explique Mouloud Boukerfa, ingénieur sanitaire et chef du service Santé-Environnement de l'unité départementale de l’Eure pou l'Agence Régionale de Santé.
Leur prolifération est dûe à deux facteurs principaux : une forte chage en éléments nutritifs et l'absence de mouvement dans l'eau.
 

Pour Mouloud Boukerfa, ces dernières années, le rechauffement climatique a aussi un fort impact sur les algues vertes : "l'impact climatique est documenté et démontre qu'une augmentation des températures de l'air et de l'eau favorise la prolifération des cyanobactéries".
La sécheresse et le manque d'apport d'eau a reduit le niveau des nappes phréatiques et n'a pas renouvlé l'eau de l'Etang de la Noë, il a perdu près de 20cm de hauteur d'eau depuis le début du confinement.

Il y a deux ans, le gestionnaire de l'Etang, la ville de Conches-en-Ouche, avait déjà dû faire face au phénomène. Elle avait pris la décision d'installer des bulleurs pour oxygéner l'eau. Ils ont été actionné dés le mois de mars, mais ils ne sont pas assez nombreux : "la zone de baignade fait 400m² mais l'étang mesure 7 hectares. Aujourd'hui on n'a pas de solution au problème", précise Mr Boukerfa.

Le seul moyen d'autoriser le retour des baigneurs est d'attendre la détérioration naturelle des bactéries. L'épisode de canicule annoncé pour la fin de semaine devrait malheureusement favoriser leur multiplication.

Une surveillance rigoureuse

L'Agence Régionale de Santé de Normandie a la charge de surveiller la qualité de l'eau de plusieurs plans d'eaux douces, accessibles à la pêche et à la baignade en Seine-Maritime et dans l'Eure.
Toutes les deux semaines, des prélèvements d'eaux sont réalisés. Ils sont ensuite analysés. Si les résultats révèlent plus de 100 000 cellules de cyanobactéries par mL d'eau, la baignade devient interdite.

Les résultats des prélèvements effectués en fin de semaine dernière dans l'Etang de la Noë ont révélé la présence de 130 000 cellules par mL d'eau.
La surveillance est donc accrue, les prélèvements ont lieu toutes les semaines sur le plan d'eau.

Vigilance à Léry-Poses

La base de Léry-Poses est elle aussi victime de la prolifération de cyanobactéries. Les analyses effectuées sur le site ont indiqué des quantités dépassant le seuil de  20 000 cellules par mL. Une veille attentive a donc été mise en place, précise la préfecture de l'Eure.
La baignade est toujours autorisée mais quelques précautions sont à respecter : éviter d'ingérer l'eau, éviter tout contact avec de l'écume, prendre une douche soignée après la baignade, nettoyer la matériel nautique après utilisation et enfin il est conseillé de voir un médecin en cas d'apparition de troubles de santé.
 

Quels sont les risques sanitaires ?

Le principal risque sanitaire lié aux proliférations de cyanobactéries réside dans la capacité de certaines espèces à produire des toxines (hépatotoxines, neurotoxines et dermatotoxines) pouvant provoquer des troubles de santé chez l’homme et les animaux.

Les troubles observés sont fonction des concentrations de toxines présentes et des conditions d’expositions (baignade, activité nautique...) :
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement santé loisirs sorties et loisirs famille société pollution