• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Les ossements découverts dans l'Eure sont bien ceux du militant irlandais

Recherches en forêt de Bord (Eure) / © France 3 Normandie
Recherches en forêt de Bord (Eure) / © France 3 Normandie

Des analyses ADN ont permis d'identifier Seamus Ruddy, activiste  assassiné  en 1985 par l'Armée de libération nationale irlandaise

Par Richard Plumet avec AFP

Après celles de 2008, c'est la semaine dernière (début mai 2017) que des recherches ont été menées dans la forêt de Bord pour tenter de retrouver, à partir d'informations nouvelles, le corps de Seamus Ruddy disparu en 1985.

Dans l'Eure, les restes d'un militant de l'IRA recherché plus de 30 ans après sa disparition - France 3 Normandie

Les premières recherches menées en 2008 dans le même secteur entre Louviers et Pont-de-l'Arche (Eure) n'avaient pas permis de retrouver le corps de Seamus Ruddy disparu en 1985. Monsieur Ruddy alors âgé de 32 ans était originaire de Newry en Irlande du Nord. Il s'était installé à Paris où il enseignait sa langue.


Quelques jours plus tard, conduites par la commission indépendante mise en place par l’Irlande et le Royaume-Uni  "pour la localisation des corps des victimes"  (la ICLVR), ces fouilles ont permis la découverte d'ossements humains.

Militant de l'IRA disparu : des ossements humains découverts dans une forêt de l'Eure - France 3 Normandie

Des restes humains ont été mis au jour ce samedi matin (6 mai 2017) lors de fouilles en forêt de Bord pour retrouver le corps de Seamus Ruddy enlevé et exécuté en 1985 par des paramilitaires d'une branche marxiste de l'IRA


Hier (mercredi 10 mai 2017), on apprenait que les ossements retrouvés le 6 mai dans une forêt à Rouen, dans le nord-ouest de la France, ont été identifiés comme étant ceux de l'activiste Seamus Ruddy assassiné en 1985 par l'Armée de libération nationale irlandaise (INLA).

Nous cherchions Seamus Ruddy, et nous l'avons retrouvé

a affirmé à l'AFP Denis Godfrey, le porte-parole de la Commission indépendante pour la localisation des restes des victimes (ICLVR), établie conjointement par le Royaume-Uni et l'Irlande en 1999.

Cette commission a été mise en place après l'accord de paix de 1998 entre protestants partisans du maintien de l'Irlande du Nord dans le giron britannique et catholiques favorables au rattachement de la province à l'Irlande. Son but: tenter de retrouver la trace des seize personnes tuées dans le plus grand secret par les paramilitaires, l'Armée républicaine irlandaise (IRA) essentiellement, connues comme les "disparus".

Les autorités françaises ont pu identifier la dépouille de Seamus Ruddy en s'appuyant sur un échantillon ADN d'un membre de sa famille.

"En général, ce n'est pas ce que les gens ont envie d'entendre", a précisé le porte-parole de l'ICLVR, en évoquant la famille de Seamus Ruddy. "Et en même temps, on ne se rend pas compte de l'angoisse que représente la disparition d'un proche, qui n'est pas enterré, qui n'a pas de tombe. Donc c'est aussi un énorme soulagement de mettre fin à l'attente, 30 ans après dans ce cas", a-t-il ajouté.
La soeur de Seamus Ruddy, Anne Morgan, s'est montrée soulagée dans une interview à la BBC. "Avec notre famille qui vieillit, c'est d'autant plus bouleversant de pouvoir le ramener à la maison et au moins on tourne la page", a-t-elle dit.

Seamus Ruddy a pu être identifié après extraction de l'ADN de dents figurant parmi les ossements retrouvés dans la forêt de Bore (Eure), en Normandie.  Cet ADN a été comparé avec "7 ou 8 échantillons" d'ADN émanant de la famille du disparu, a indiqué à un correspondant de l'AFP le colonel Emmanuel Valot, commandant du groupement de gendarmerie de l'Eure. Le résultat est "clairement favorable à l'identité" correspondant à celle présumée du disparu, a-t-il précisé.

Au total, une soixantaine d'ossements, dont un crâne, un fémur et des côtes, ont été retrouvés, a indiqué le militaire. Ces ossements vont être remis aux autorités irlandaises et il va y avoir clôture de la procédure judiciaire ouverte par le parquet d'Evreux, a-t-il indiqué. Enfin, a précisé le colonel Valot, le protocole conclu prévoyait de ne pas rechercher les causes de la mort, en raison du processus de réconciliation mené en Irlande du Nord.

Seamus Ruddy, enseignant à Newry (sud de l'Irlande du Nord) proche du Parti socialiste républicain irlandais (IRSP), l'aile politique de l'INLA, était allé vivre à Paris en 1983, suite aux luttes internes entre l'IRSP et l'INLA. Il y avait été assassiné par l'INLA en 1985 à l'âge de 33 ans.

L'INLA, qui a depuis 2009 renoncé à la violence, est une branche issue d'une scission de l'IRA, qui a également déposé les armes. L'IRA a reconnu le meurtre de 13 des 16 "disparus". L'INLA a revendiqué celui de Seamus Ruddy.

Sur le même sujet

Etretat : les galets, espèce protégée

Les + Lus