Pont-Audemer : comment du requin renard s’est retrouvé en vente dans un supermarché ?

Du requin renard vendu dans un supermarché à Pont-Audemer. / © Sea Shepherd France
Du requin renard vendu dans un supermarché à Pont-Audemer. / © Sea Shepherd France

Des morceaux de requin renard, une espèce menacée et protégée, ont été mis en vente dans un supermarché à Pont-Audemer. Une pratique légale, s’il est capturé “accidentellement”.

Par Amandine Pointel

Du requin renard, espèce pourtant protégée et interdite à la pêche, vendu en toute légalité dans un supermarché normand. C’est ce qu’a repéré vendredi 7 février 2020 une cliente de l’Intermarché de Pont-Audemer. Une pratique que l'ONG Sea Shepherd a rapidement dénoncé sur ses réseaux sociaux.
 
 

La pêche « accidentelle » autorisée à la vente

Mais alors, comment une espèce interdite à la pêche se retrouve en toute légalité sur les étals ? “La pêche des espèces menacées est interdite, mais les bateaux déploient leurs filets sur leurs lieux de vie. S’il est capturé par accident, la pêche et la vente du requin renard deviennent légales.”, nous explique Elodie Pouet de l'association Sea Shepherd France.  

C’est du braconnage légalisé 

Problème : comment être sûre que ces ventes sont bien accidentelles ? “Il n’y a pas de contrôle, ni de caméra de surveillances sur les ponts des navires pour prouver que le requin était vraiment mort quand le filet est remonté. On peut avoir des doutes sur l’honnêteté de certains pêcheurs. Le mieux serait d'interdire la pêche non sélective qui détruit les océans.”

Un “loupé” qu’Intermarché assume

Suite à la publication de cette photo, la communication d’Intermarché avait rapidement réagi sur Facebook : “Nous avons immédiatement contacté ce point de vente; il s'agit d'un acte isolé. Nous tenions à rappeler que notre enseigne demande à ses points de vente de ne pas proposer à la vente d'espèce de requins menacées.”

L’enseigne s’en excuse mais ce « loupé » concerne un seul point de vente sur les + de 1 800 qui existent en France.

Contactée par notre rédaction, le service communication nous parle d’un “loupé” que l’enseigne assume. “La force du réseau d’indépendants Intermarché réside dans la possibilité, pour chaque chef d’entreprise, d’adapter et de développer son offre de produits locaux, en collaboration avec des producteurs/fournisseurs, en réponse aux attentes des population. (...) En résumé, il s’agit bien d’un "loupé" qu’Intermarché assume. L’enseigne s’en excuse mais ce "loupé" concerne un seul point de vente sur les + de 1 800 qui existent en France.”

Un cas loin d’être isolé

Ce n’est pas la première fois qu’Intermarché est épinglé par l’association. En juillet 2019, le supermarché avait déjà mis en vente du requin renard à Argelès. Le groupe avait immédiatement fait retirer l’alopidé du rayon poissonnerie. 
 

Mais les supermarchés ne sont pas les seuls à vendre légalement ces espèces menacées. Selon Sea Shepherd; “On en retrouve malheureusement assez souvent dans les grande surface, et aussi beaucoup dans les poissonneries et les marchés.”

 

Sur le même sujet

Les + Lus