Vol d'agneaux dans l'Eure : éleveur et militants de la cause animale réagissent à cet acte antispéciste

La nuit du 2 au 3 avril 2021, un éleveur du sud de l'Eure s'est fait voler 7 agneaux et a retrouvé des tags sur ses bâtiments agricoles. Une action de militants filmée et mise sur les réseaux, pour "dénoncer la vraie violence, celle de l'élevage". Réactions croisées de l'éleveur et de millitants.

Christophe a d'abord témoigné de manière anonyme suite à ce vol, pour France 3, il a choisi de se montrer afin d'expliquer son traumatisme et répondre aux insultes sur les réseaux sociaux.
Christophe a d'abord témoigné de manière anonyme suite à ce vol, pour France 3, il a choisi de se montrer afin d'expliquer son traumatisme et répondre aux insultes sur les réseaux sociaux. © Bérangère Dunglas / France Télévisions

Christophe Guicheux a découvert le vol de ses agneaux par une vidéo. Il s'agit des images tournées par des militants antispécistes dans la nuit du 2 au 3 avril 2021 dans son exploitation de Sylvains-les-Moulins. Pendant plus de 2 minutes, on y voit des individus vêtus de noir et gantés, en train de prendre les animaux pour les regrouper ensuite dans le coffre d'une voiture. Le tout est scandé d'une musique de rap, celle de Res Turner, un artiste engagé dans la défense des causes animales.

Antispéciste ! tant qu'ils exploitent et assassinent, impossible qu'on s’assagisse, même si ça n’sera pas facile Antispéciste ! tous ensemble on se doit d'agir Redoubler d’efforts, jusqu'à ce que toutes les cages soient vides

Extrait du morceau de Res Turner - Antispéciste !

"La nuit où ça s'est passé, je n'ai rien entendu, j'ai juste retrouvé mon chien avec sa laisse détachée ..."

Selon l'éleveur victime du vol, les militants étaient bien organisés,"ils sont rentrés par la porte extérieure et avaient garé leur voiture dans l'herbage juste au bord du bâtiment agricole." Cette nuit-là, en plein week-end pascal, tout un symbole, Christophe n'a rien entendu, suite à l'envoi de la vidéo, il a recompté son cheptel et noté l'absence de 7 agneaux, âgés de 3 semaines.

C'est des jeunes agneaux, ils ont besoin du lait de leur mère pour se nourrir, ils risquent de mourir dans les 10/15 jours, ils ne sont pas habitués au biberon. 

Christophe Guicheux - Eleveur de brebis et d'agneaux

"Libération animales, Assassins "

Les militants ont également laissé des inscriptions dans l'exploitation familiale de Christophe Guicheux. Sur ces messages taggués, on peut lire "Assassins" ou encore "Libération animale". Des éleveurs, des collègues de la FNSEA, (syndicat agricole majoritaire), sont venus aider à nettoyer ces inscriptions dès le lendemain de l'action militante. "Quand on lit ça, alors qu'on n'a jamais fait de mal à personne, vous ne comprenez pas, c'est dur, c'est très dur ..."

Action de militants antispéciste dans l'Eure

Eleveur depuis 4 générations

Christophe le rappelle : il est un professionnel de l'élevage, il a repris l'exploitation familiale où il gère près de 200 brebis et 300 agneaux. A 39 ans, il représente la 4 ème génération à se relayer sur l'exploitation. Les tags antispécistes, le vol de ses bêtes, les insultes à l'encontre des éleveurs sur les réseaux sociaux ... il n'accepte pas cette agressivité.

Ce qui m'a décidé à parler c'est le fait que ces gens ne sont pas des professionnels de l'élevage, ce sont nous les pros, on sait de quoi on parle ! 

Christophe Guicheux

 

Point de vue d'un antispéciste : "L'élevage même est une violence"

Res Turner, le rappeur dont le morceau Antispéciste ! accompagne cette vidéo tournée dans l'Eure est lui-même un militant de la cause animale. Selon lui, ces actions servent à " libérer des individus," en l'occurence ici il s'agit d'agneaux. Il pense qu'il est hypocrite de dire qu'ils ne sont pas sevrés et risquent d'en mourir, puisque pour les besoins agro-alimentaires, "énormément d'agneaux ou d'animaux sont enlevés directement de la mère, et nourris avec des laits de substitution."  

Ces actions sont symboliques, elles ne changeront rien au fond du problème, le spécisme ancré dans notre société ! On apprend à voir les animaux comme de la bouffe et non pas comme des individus, on leur accorde peu de droits, on ne considère pas qu'ils sont conscients.

Res Turner - Rappeur engagé pour défendre la cause animale

 

"La vraie violence elle est pas dans 3 tags sur un mur ..."

Cet artiste engagé milite depuis une dizaine d'années et travaille avec différentes associations. A ses yeux, l'opinion publique est plus sensible à la question de la souffrance animale, "grâce notamment au travail de L 214, on a pu voir ce qui se passait derrière les murs des abattoirs, des animaux qui hurlent à la mort. "

La vraie violence elle est pas dans 3 tags sur un mur, la vraie violence c'est faire naitre des individus par insémination articificielle pour programmer leur mort. Et quand les mères ne produisent plus assez, on les tue aussi.

Res Turner

L214 d'accord sur le fond, moins sur la forme

L'association L214 est bien connue du grand public suite à la diffusion d'images tournées dans des abattoirs ou des élevages intensifs. Sur cette action militante menée dans l'Eure, L214 dit comprendre  cette démarche sincère: "ces personnes veulent sauver des animaux d'un sort tout tracé vers l'abattoir, elles sont révoltées d'un système violent". D'accord sur le fond mais pas sur la forme, L214 se bat aussi pour dénoncer un système mais préfère dans ce cas, travailler et accompagner les éleveurs soucieux de vouloir changer les méthodes d'élevage. 

Nous avons de plus en plus de contacts avec des éleveurs et des professionnels de l'élevage ou de l'abattage parce qu'ils sont de plus en plus nombreux à s'interroger sur un système violent envers les animaux, violent aussi envers eux-mêmes. Nous voyons bien leur détresse et leurs difficultés à agir parce qu’ils sont tenus par les coopératives, les banques et leurs syndicats

Brigitte Gothière - Cofondatrice de L214

L214 ajoute qu'une telle action antispéciste, comme celle menée dans l'Eure, n'atteint pas son objectif "puisqu' elle focalise l’attention sur la méthode en elle-même et au final la question éthique du sort des animaux passe au second plan."
 

D'autres actions antispécistes dans l'Eure et dans l'Orne

Plusieurs vols d'animaux ont eu lieu en décembre 2018 et avril 2019 dans l'Eure, l'Orne, et l'Eure-et-Loir. Pour ces faits, des militants antispécistes ont été jugés à Evreux pour "pour vols aggravés, violation de domicile, dégradation du bien d'autrui et entrave à la liberté du travail."

Les faits remontent au 13 décembre 2018 et au 14 avril 2019, quand des militants pénètrent dans 3 exploitations pour "libérer" des animaux d'élevage, il s'agit de poules, de dindes et de cochons. Ces militants se sont alors filmé, des images relayées par les réseaux sociaux.

Rappel des faits jugés par le tribunal correctionnel d'Evreux le 20 septembre 2019

8 hommes et 6 femmes, soit 14 militants étaient alors entendus par la cour, ils se réclament notamment du mouvement Boucherie-Abolition, una association qui "considère les fermes agricoles comme des camps d'extermination et les animaux qui y sont élevés comme des esclaves."

Le mouvement antispéciste

Ce mouvement, né dans les années 70, considère qu'il ne faut pas discriminer les individus en fonction de leur espèce. Un animal est un individu, l'homme n'est pas une espèce supérieure par rapport à lui. 

Selon L214, l'éthique antispéciste conduit à rejeter la production et la consommation de produits d'origine animale, qui ne sont obtenus qu'au prix des souffrances de milliards de victimes chaque année, pour un seul pays comme la France.

De nombreuses associations militent pour améliorer la cause animale, certaines seront plus extrêmes comme Boucherie-Abolition, d'autres plus discrètes. C'est une cause antispéciste qui gagne du terrain dans la société.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers agriculture