Falaise : les arbres de la gare routière seront-ils sauvés ?

A Falaise, un projet de sécurisation de la gare routière, où s'arrêtent les bus scolaires, prévoit l'abattage d'une dizaine de platanes. L'association "Demain en pays de Falaise" a obtenu une nouvelle concertation.

C'est une gare routière très passagère. Chaque jour, avenue de la Crosse à Falaise, 17 bus s'arrêtent les uns derrière les autres. De ces bus descendent ou montent environ 1 000 élèves par jour, certains attendent parfois près d'une heure leur bus sur les quais de la gare. "Des travaux de réaménagement sont nécessaires car pour l'heure, des élèves chahutent sur les quais ou passent d'un quai à l'autre en passant entre les bus, c'est dangereux et les conducteurs de bus avaient même fait valoir leur droit de retrait", explique Hervé Maunoury le maire de Falaise. "Par ailleurs, nous devons tenir compte de l'intégration d'une piste cyclable". 

Une dizaine de platanes à abattre ou déplacer 

Ce projet de réaménagement nécessite d'abattre une dizaine de platanes plantés il y a une vingtaine d'années. "C'est incompréhensible à l'heure du plan climat", explique Mélanie Marie-Maurel de l'association "Demain en Pays de Falaise", association qui espère que le projet sera rediscuté. Elle a d'ailleurs profité du déplacement du Président de Région pour l'interpeller, ce qui n'a pas manqué d'agacer le premier élu normand : "Certes, un fonctionnaire de la Région a été associé aux réunions du projet mais la Région n'est pas responsable du choix de l'abattage ou non des arbres. Sa seule exigence est d'avoir un projet qui assure la sécurité des déplacements scolaires pour participer ensuite au financement. La sécurité scolaire est un vrai sujet mais c'est bien au maire d'assumer son projet.

La mairie assure vouloir poursuivre la concertation et revégétaliser 

"Nous poursuivons la concertation pour voir quelles sont les attentes de l'association et si on peut retravailler le plan à tarif raisonnable", assure Hervé Maunoury. "Et nous verrons si nous pouvons replanter ces arbres", précise le premier édile de la ville. Un groupe de travail va être mis en place. "Parmi les pistes possibles, mettre l'avenue de la Crosse en sens unique et gagner ainsi les 4 mètres qui nous manquaient sur la chaussée", explique satisfait Michel Mallet de l'association "Demain en pays de Falaise". 

Le maire s'est, par ailleurs, engagé dans un plan de débitumisation. "Il existe 9 000 arbres actuellement sur Falaise et nous souhaitons en planter 500 nouveaux au cours de la mandature", assure Hervé Maunoury.  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société sécurité éducation transports en commun économie transports