Hydrocution : pourquoi même un excellent nageur peut-il se noyer ?

L'été dernier, 600 personnes sont mortes par noyade en France. Un chiffre en augmentation par rapport aux dernières années. L'hydrocution est l'une des causes de ces noyades. Même un bon nageur peut être touché puisqu'il s'agit d'une réaction de l'organisme aux différences de températures...

© IP3 PRESS/MAXPPP
Si la plupart des baigneurs se méfient des vagues et évitent de barboter dans des zones non surveillées, il est un autre élément auquel on fait moins attention. Cet autre élément qu'il ne faut pas négliger, c'est la température de l'eau, et surtout la différence entre la température du corps et celle de l'eau : car un risque d'hydrocution est toujours à prendre à compte.

Qu'est-ce que l'hydrocution ?

C'est l'autre nom de le la "noyade syncopale" : l'eau froide, au contact de la peau, entraîne une contraction des vaisseaux sanguins alors que la chaleur les avait précédemment dilatés. Quand cette contraction est brutale, elle peut entraîner une syncope. C'est à dire une perte de connaissance.

La noyade intervient après cette perte de connaissance.

Outre les fortes chaleurs, la consommation d'alcool, l'exercice physique ou un repas copieux peuvent également entraîner ce choc thermique. Sauter à l'eau directement peut aussi avoir le même effet. 
L'hydrocution peut arriver sans prévenir mais quelques symptômes peuvent aussi la signaler tels que des frissons, maux de tête, démangeaison, douleurs abdominales, tremblements, oreilles qui bourdonnent, troubles visuels. Bien entendu, il s'agit de sortir de l'eau au plus vite lorsque ces symptômes se déclarent.

Que faire pour éviter l'hydrocution ? 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
infos pratiques société météo