C'est l'heure des moissons dans la région

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marie du Mesnil-Adelée

Jusqu'au bout, la météo aura donné des sueurs froides aux agriculteurs. Mais les moissons ont pu commencer à temps.

video title

La saison des moissons bat son plein

Avec l'arrivée du beau temps, les moissonneuses batteuses ont envahi les champs de blé de la région... Reportage chez une famille d'exploitants de Malville-sur-le-Bec, dans l'Eure.

Le retour du beau temps aura donné le coup d'envoi de la saison des moissons. Un départ sans retard, mais les rendements de cette saison devraient être inférieurs à la moyenne.

Les moissonneuses-batteuses ont envahi les champs de blé de la région... La récolte est de bonne qualité, malgré un volume en baisse. La faute à la sécheresse, qui a durement touché les cultures. Heureusement, les pluies du début d'été ont sauvé cette moisson de la catastrophe.

Même s'il est un peu tôt pour faire un bilan, une chose est sûre : les rendements sont très différents selon les exploitations. Ainsi, ils semblent déjà meilleurs en Seine-Maritime que dans l'Eure.

La sécheresse est toujours là. Surtout dans le sud de la région. Les débits de tous les cours d'eau sont inférieurs à ceux constatés en 2010 à la même époque. Comme en témoigne cette carte dévoilée par la direction des territoires et de la mer de l'Eure le 26 juillet, plusieurs zones du département (indiquées en violet) sont en situation de crise renforcée : en aval de l'Iton, de l'Eure et en amont de l'Avre.

Tous les arrêtés, comprenant la liste des communes concernées sont disponibles sur le site internet de la préfecture.

Les moissons devraient se poursuivre jusqu'à la fin de la semaine.

Pour voir le reportage de Margot Loizillon et Bruno Belamri à Malville-sur-le-Bec, dans l'Eure, cliquez sur la vidéo.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité