Pas de terminal méthanier à St-Jouin-Bruneval

Frédéric Cuvillier, ministre des transports, a annoncé la fin officielle du projet de port méthanier au Havre.

Les opposants au projet d'Antifer à St-Jouin-Bruneval sont heureux. Frédéric Cuvilier, ministre des transports a profité de son passage en Seine-Maritime  pour annoncer la fin du projet dans la région havraise.

Le projet qui était poussé par Gaz de Normandie (filiale de Powéo) suscitait une forte opposition de la part des habitants depuis plusieurs années. La municipalité de Saint Jouin Bruneval était également fortement opposé au projet.



C'est donc avec une grande satisfaction que François Auber, le maire DVG de la commune de St-Jouin-Bruneval, a annoncé la nouvelle ce jeudi.

"Il nous a dit qu'il n'y aura pas de réalisation de ce terminal méthanier et que son classement en Projet d'intérêt général (PIG) qui expirait le 18 juin ne serait pas prorogé", a précisé François Auber.


Selon le maire, le ministre s'est exprimé sur ce sujet hier, mercredi, lors d'un déplacement en Seine-Maritime dans le cadre des élections législatives.

Animateur de l'opposition au projet, François Auber s'est félicité de cette décision qui est de nature "à redonner confiance dans la démocratie", selon lui. "A l'image des grandes batailles environnementales comme la centrale de Plogoff ou le camp militaire du Larzac, le changement est venu avec l'élection d'un nouveau président", a-t-il souligné.

De son côté, la direction du Grand port maritime du Havre (GPMH) qui gère le port pétrolier d'Antifer a indiqué jeudi qu'elle n'avait reçu "aucune information officielle" sur ce sujet.

Porté par Gaz de Normandie, une filiale de Poweo, ce projet lancé en 2006 était en sommeil depuis que l'opérateur n'avait pas confirmé la réservation du terrain début 2011. Il avait suscité auparavant de vives oppositions locales de la part d'associations et d'élus qui craignaient que ce terminal n'empêche le développement de projets touristiques, notamment.

Dans son projet, Gaz de Normandie prévoyait la construction d'un poste à quai et d'une usine de regazéïfication de gaz naturel liquéfié (GNL) importé par voie maritime, d'une capacité de neuf milliards de m3 et d'un coût estimé à un milliard d'euros.
 

Frédéric Cuvilier à Saint-Jouin-Bruneval


Saint-Jouin-Bruneval: coup d'arrêt au projet de... par France3Haute-Normandie