• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Le Kebab, bien plus qu’un lieu de restauration ?

© Keren Production et Injam Production
© Keren Production et Injam Production

Souvent associé à la "junk food", le kebab est un endroit où se nourrit le lien social et les conversations en tous genres.

Par Aurélie Duplessi

On l’appelle le « sandwich grec », pourtant le kebab n’a rien de grec. Né en Allemagne au début des années 70, le « döner kebab »  a été créé par Mehmet Aygün, un immigré turc vivant à Berlin.

Le kebab signifie « viande grillée », c'est un sandwich composé de viande grillée à la broche, découpée en fines tranches, accompagné de crudités, de frites et d'une sauce. Les français sont de plus en plus nombreux à consommer des kebabs. On ne compte plus le nombre de kebabs en Normandie !


Le kebab, lieu du lien social

Un groupe de copines, des immigrés, des habitués, des étudiants, des habitants du quartier, un chômeur, un commerçant du coin... Des profils différents et pourtant, ils ont tous un point commun : se retrouver dans un kebab. Accessible à tous, il offre aux plus démunis un moment de partage et de convivialité. En plus de son côté rapide et pratique, il permet de partager un moment de détente avec les personnes que l’on apprécie. Le kebab offre aux jeunes la possibilité de sortir, rejoindre leurs amis avec un petit budget. C’est un lieu d’échange, un lieu sympathique où chacun participe à l'économie locale du quartier.

C'est ce que la réalisatrice Stéphanie Molez a voulu montrer dans le documentaire "Kebab stories". Elle a posé ses caméras dans le restaurant kebab Le Mogador, en plein cœur du centre historique de Rouen.

Selon la réalisatrice Stéphanie Molez :

le football ou le manque d’argent, le racisme ou les gilets jaunes : tout est nourriture à l’échange, tout est propice à raconter un peu de soi. Et dans ces tranches de vie, ces brèves de kebab, se révèlent la chronique au quotidien d’une nouvelle société́ française.


Contrairement aux fast-foods où le serveur est différent à chaque passage, les clients réguliers apprennent à connaître le patron d’un kébab. Au fur et à mesure, une relation se crée entre le client et le patron. C’est le cas par exemple, du kébab Mogador situé à RouenYoussef, le patron du kébab se lie d'amitié avec ses clients habituels. Les clients se confient à lui, que ce soit sur leurs problèmes, sur leurs envies. Youssef prépare les kébabs en étant empathique avec tous les clients, il multiplie les réflexions entre philosophie et bon sens. On y trouve une ambiance presque familiale.

Youssef, le patron du kébab Mogador et ses clients / © Keren Production et Injam Production
Youssef, le patron du kébab Mogador et ses clients / © Keren Production et Injam Production
 

Le kebab, lieu de la réflexion sur l’intégration

C’est la nouvelle formule de ces kebabs apparus en France au milieu des années 90 : ils ne sont plus des commerces étrangers, folkloriques, halals ou ethniques, mais des lieux de rencontres urbains autour de sandwichs qui n’ont plus de grec que le nom.

Youssef, patron du kébab Mogador est d’origine marocaine. Arrivé en France en 1989 juste après avoir obtenu son bac, il a obtenu la nationalité française en 1994. Quand il était étudiant, il cuisinait chez lui, il mangeait très peu dehors pour lui permettre d’économiser. Puis, quand il a commencé à travailler, à envoyer de l'argent à sa famille. C’est une obligation pour lui, un devoir d'aider ses proches. Au début, il lui a fallu un temps d’adaptation : s'adapter à une nouvelle culture loin de ses proches. Puis, au fil du temps, il s'est lié d'amitié avec plusieurs personnes, il a ses habitudes à Rouen. Aujourd’hui Youssef est confiant, son avenir est en France comme il l'explique dans cet extrait : 
 
Extrait du documentaire Kebab Stories : l'avenir

Tout au long du documentaire, des clients de différentes origines rentrent, ils évoquent la question de l'intégration des immigrés en France. À travers ces tranches de vie, ces « brèves de kebab », se dessine toute une palette de regards sur l’immigration.
  

Les kebabs ont la cote et en Normandie aussi !

Selon le site kebab-frites, un kebab normand a été classé quatrième au classement du meilleur kébab de France : le Touba Kebab situé à Cherbourg-Octeville.
 

Kebab stories

Un documentaire de 52'
Réalisé par : Stéphanie Molez
Production : Keren Production et Injam Production
Coproduction : France Télévisions et France 3 Normandie
Diffusion : lundi 18 mars 2019 après le Soir 3
 

Sur le même sujet

Le premier gala professionnel de pancrace à Rouen en 2016

Les + Lus

Les + Partagés