Lait: la Commission européenne favorable à une limitation de la production

© France 3 Basse-Normandie
© France 3 Basse-Normandie

La Commission européenne s'est dite disposée lundi à autoriser des réductions temporaires de la production dans le secteur laitier en crise, une dérogation provisoire aux règles de la concurrence que réclamait notamment la France.

Par avec AFP

La Commission européenne a voulu prendre la mesure du désarroi des agriculteurs en annonçant ce lundi une série de nouvelles mesures de soutien comme le feu vert donné à des limitations temporaires de la production de lait pour faire remonter les prix.

Devant les ministres de l'Agriculture des 28 réunis à Bruxelles, le commissaire européen Phil Hogan s'est dit à la mi-journée "prêt à proposer" l'activation d'une mesure permettant aux opérateurs du secteur laitier de s'entendre, sur une base volontaire, sur des limitations temporaires de la production, comme le réclamait notamment la France.

"Les modalités complètes de cette mesure doivent encore être finalisées par la Commission et j'espère que nous serons en mesure de les communiquer aux Etats membres très prochainement", a ajouté le commissaire à l'Agriculture, cité dans un communiqué. Le plan d'urgence débloqué il y a six mois n'a pas suffi à soulager les agriculteurs européens, confrontés à un effondrement des prix du lait et du porc, dans un contexte marqué par la faiblesse de la demande et un embargo russe.

Invités à proposer de nouvelles pistes, les Etats membres ne se sont pas fait prier : "Il y a eu cent propositions de nouvelles mesures", a souligné le ministre néerlandais de l'Agriculture Martijn van Dam, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE.

Ces propositions ont été débattues lundi entre les ministres de l'Agriculture des 28, alors qu'une centaine d'agriculteurs belges manifestaient en plein quartier européen, certains venus avec leurs animaux : vaches, agneaux ou porcelets. "Aujourd'hui nous produisons à perte et nous attendons de l'Europe qu'elle remette en place des mécanismes qui existaient par le passé pour nous empêcher de faire faillite", a expliqué à l'AFP François Lejeune, vice-président de l'Association des jeunes agriculteurs de Wallonie. "J'espère aujourd'hui que les choses vont bouger dans le sens qui consiste à faire le constat tout simple que l'on est en surproduction dans beaucoup de secteurs", a de son côté plaidé le ministre français de l'Agriculture Stéphane Le Foll en arrivant à la réunion.

Doublement des niveaux de stockage

La France, première puissance agricole européenne, a multiplié les contacts avec d'autres gouvernements. Elle estime notamment avoir rallié une majorité autour de mesures pour "stabiliser puis réduire" la production de lait, dont les niveaux, exceptionnels en Europe depuis la fin des quotas en avril 2015, contribuent à l'effondrement des prix.

Pour lutter contre l'appauvrissement des exploitations qui en résulte, Phil Hogan a proposé aussi un doublement des niveaux de stockage pour le lait écrémé en poudre et le beurre, respectivement à 218.000 tonnes et 100.000 tonnes, de manière à limiter temporairement la production. Quant au niveau plafond des aides ministérielles par exploitant et par an, il a souhaité son maintien à 15.000 euros, alors que de nombreux Etats membres voudraient le voir passer dans la fourchette 20.000-30.000 euros.

Un Observatoire du marché de la viande

Pour répondre à la crise porcine, M. Hogan s'est dit prêt à envisager un nouveau schéma de soutien au stockage privé des carcasses, ainsi qu'à la mise sur pied d'un Observatoire du marché de la viande (bovine et porcine). Parmi les autres propositions soumises par les Etats membres, plusieurs pays réclament aussi des crédits à l'exportation, auxquels l'exécutif européen ne ferme pas la porte.

"Si on n'est pas capable ensemble à l'échelle européenne de mieux se coordonner et mieux se concerter, (...) on ira vers des situations encore plus graves que celles que l'on connaît", a mis en garde M. Le Foll. Mais la Commission a déjà prévenu avant la réunion de lundi qu'elle n'avait pas l'intention d'accepter de nouvelles dépenses financées par de "l'argent frais", et qu'elle avait des réticences à utiliser "la réserve de crise" européenne, "parce qu'il s'agit de l'argent des agriculteurs".

Le plan d'urgence européen lancé il y a six mois prévoyait notamment 500 millions d'euros, principalement sous forme d'enveloppes nationales d'aides directes aux agriculteurs des secteurs les plus touchés, que les Etats membres peuvent doubler avec des fonds nationaux. La Commission fait valoir que les aides débloquées n'ont pas toutes été utilisées par les Etats membres.

Reportage de stéphanie Potay et Suzana Nevenkic
Intervenants:
- Luc Boscher, producteur de lait
- Wilfrid Krallès, associé de Luc Boscher

Vers un retour des quotas laitiers ? Réaction de producteurs


Sur le même sujet

Les + Lus